Sport

Caf : un ennemi du Cameroun est tombé

Caf : un ennemi du Cameroun est tombé

Le patron du football africain a longtemps persécuté le pays de son prédécesseur.

Ahmad Ahmad est «interdit de toute activité relative au football aux niveaux national et international pour une durée de cinq ans». Ainsi en a décidé la Chambre de jugement de la Commission d’éthique indépendante de la Fédération internationale de football association (Fifa).

Après investigations, l’instance en charge des questions de gouvernance de la Fifa a « jugé coupable d’avoir enfreint les articles 15 (devoir de loyauté), 20 (acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages et 25 (abus de pouvoir) de l’édition 2020 du Code d’éthique de la Fifa, ainsi que l’article 28 (détournement de fonds) de son édition 2018 ». On parie

notamment d’avantages indus et de détournements de fonds de la Confédération africaine . de football (Caf). Le président de la Caf est ainsi En outre, l’homme «devra payer une amende de 200 000F suisse. Des faits commis les deux premières années de son mandat, et concernant « le financement d’un pèlerinage à la Mecque, ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical steel, et d’autres activités », lit-on dans le communiqué .y relatif.

C’est une suite logique des événements qui se sont succédé contre la quiétude de l’ancien ministre malgache des sports. Ahmad Ahmad avait déjà été mis en détention en juin 2019 à Paris, sur une décision, pour des soupçons de corruption dans le cadre de transactions avec des partenaires français de la Caf. L’homme qui est vice-président de la Fifa avait failli subir la même humiliation par la suite à l’occasion d’un Congrès de la Fifa aux Etats-Unis, avant que la Fifa n’intervienne.

L’homme qui n’avait pas cédé à de légers appels à la démission, a même essayé de se représenter pour un second mandat à la tête de la Caf. Il n’y parviendra pas car à peine avait-il annoncé sa candidature soutenue par 46 fédérations sur les 54, que le gendarme du football mondial s’est invité dans la course.

Et a aussitôt bouclé le dossier. Ahmad Ahmad ne sera donc pas candidat. L’homme qui avait déjà cédé son fauteuil à son premier vice-président Constant Omari, pour des raisons de maladie, ne reviendra plus au siège de la Caf. Pour au moins cinq ans. L’élection étant prévue le 12 mars 2021. Un éventuel appel pourrait ne pas aboutir avant cette échéance.

Destruction du legs d’Issa Hayatou

C’est un ennemi du Cameroun qui quitte la scène du football international. Depuis son arrivée à la tête de la Caf, Ahmad Ahmad a multiplié des actes le mettant à dos les Camerounais. Porté à la tête de l’instance faîtière du .football africain avec le soutien d’Infantino, lui-même fraîchement élu à la tête de la Fifa, Ahmad Ahmad avait mis un terme de façon révolutionnaire à 27 années de présidence d’Issa Hayatou. Aussitôt, l’homme « providentiel » s’est attaqué aux principaux points sur lesquels le Camerounais avait jusqu’ici tenu tête à la Fifa, notamment l’organisation de la CAN en juin-juillet, le passage de la périodicité du tournoi de deux à quatre ans,…

Si le nouveau patron du football africain a réussi à décaler la période de tenue de la Can, il se battait encore pour la périodicité. Maïs dès la première édition organisée, Ahmad Ahmad avait lui-même fait volte-face pour retourner à janvier-février. En outre, l’homme a essayé de remettre en cause l’attribution des trois prochaines éditions de la compétition. Le Cameroun, retardataire sur le terrain des préparatifs, perdra l’édition 2019 au profit de l’Egypte par un mécanisme de « glissement » qui masquait le retrait. A peine trois mois après son arrivée à la tête de la CAF, l’homme avait douté des capacités du Cameroun à pouvoir organiser la Can 2019 à échéance.

D’ailleurs « même une Can à quatre pays, le Cameroun ne peut pas organiser», avait-il jugé à l’avancé. Avant même la première mission d’inspection de la Caf. Après moult tergiversations, l’homme en confiera le rôle principal à un «cabinet d’audit indépendant» Mais la veille même de la première mission, ledit cabinet se dédiera sous fond de polémique sur des pressions dont son représentant serait victime pour «biaiser le rapport» de la mission.

Et même la mission confiée à un autre cabinet verra son rapport être contesté par le président de la Caf. Finalement, l’homme que Samuel Eto’o amènera voir le président Paul Biya, assura que « il n’existe pas de plan B pour la Can 2019’au Cameroun». On assistera au glissement quelque: mois plus tard.