Societe

Voirie municipale : Obala fait peau neuve

Voirie municipale : Obala fait peau neuve

Des travaux d’aménagement et de réhabilitation des infrastructures sont en cours dans cette commune d’arrondissement du département de la Lékié.

Le touriste qui arrive dans l’arrondissement d’Obala ce jeudi 14 janvier 2021, est frappé par la présence d’une ni-veleuse qui grâce à ses énormes lames situées dans la partie inférieure, décape le sol au voisinage de la station-service Oil Lybia. Sur les bordures de cette rue, non loin de l’entrée du marché vers l’axe central, des jeunes construisent des caniveaux, tandis que d’autres déchargent un camion de sac de ciment. Jules Etoga est l’un des techniciens. Il confie à Essingan qu’il s’agit des travaux de gravillonnage en bicouche de la voirie. Ce chantier concerne la route de l’abattoir, le carrefour les Bambins et l’artère qui conduit à la sous-préfecture d’Obala.

Sur cette bretelle appelée ici rue 4, les travaux consistent à creuser une fondation, pour rendre uniforme le niveau du sol. Il s’agit ensuite, de mettre la terre, la compacter, poser deux couches de gravier^ et la couvrir enfin avec de l’enrobé. A en croire ce dernier, toutes les artères de la ville seront revêtues d’enrobé pour faciliter l’entretien de la chaussée. Lejeune technicien fait savoir que ces travaux se déroulent simultanément dans plusieurs endroits de la ville.

Ici, l’un des responsables de Cgcoc l’entreprise chinoise qui effectue ces travaux sur ce lot, souligne que le taux de réalisation est de 35%. Cette artère débouche sur une autre appelée la rue administrative. Également en chantier. La rue administrative passe derrière la sous-préfecture de l’arrondissement d’Obala, continue par la place de fête et devant le poste de police.

Bitumage économique

Félix Onguené l’un des ouvriers parle d’un taux de réalisation de 50%. La phase de décapage est achevée. Tout comme les actions de compactage. Mais des camions citernes arrosent à tour de rôle cette route pour lutter contre la poussière et la propagation des maladies. Un peu plus à l’entrée de la résidence du sous-préfet, les travaux se poursuivent sur la bretelle qui traverse la chefferie de bloc I Nkol-Bikok.

Cette bretelle donne sur la route qui mène à l’abattoir où les travaux de gravillonnage sont terminés. Il reste juste le bétonnage en cours, des caniveaux. Longue de? 1300m, cette route est entièrement gra-villonnée d’une bicouche. Ce qui constitue aujourd’hui un véritable soulagement pour les populations qui, il y a quelques mois avaient des difficultés de déplacement.

Le coût des travaux supervisés par le maire de la commune, Simon Pierre Ediba, s’élève à 100 millions de Fcfa. A en croire l’édile d’Obala, il s’agit d’un bitumage économique puisque le route dessert un quartier. Ceci permettra également aux bouchers de mieux faire leur travail. De l’autre côté de l’axe qui mène à la morgue, des engins s’activent simultanément, tout comme sur la route du quartier Nyong Mesegue vers la gare voyageurs.

A quelques kilomètres du centre-ville dans la localité de Mboua I Sort de terre la gare routière. Seul hic pour le moment, un litige foncier en gestation avec une communauté dont les droits ne sont pas liquidés. Le porte-parole des ayant-droits a par ailleurs saisi les juridictions compétentes pour connaître de ce litige pour lequel une ordonnance d’arrêt des travaux a été servie à la municipalité.

Le premier lot de ce chantier consiste à construire un bâtiment, deux quais d’embarquement, un bloc de toilettes et un château d’eau alimenté par forage. L’entreprise Ectat Btp, qui effectue ces travaux a huit mois pour* les livrer. L’ingénieur du chantier, Arles Mbadi, parle d’un taux de réalisation de 40%. Il reste trois mois pour achever les constructions. L’infrastructure avec une importante capacité d’accueil va contenir l’ensemble des stationnements de la ville d’Obala.

Elle entend décongestionner le centre-ville devenu étroit. Si de nombreux chauffeurs saluent la réactivation de ce projet, quelques uns sont sceptiques. C’est le cas du secrétaire général de l’Association des transporteurs et chauffeur d’Obala, Ambroise Tsimi Onguene, qui estime que la nouvelle gare routière aussi vaste qu’elle soit ne pourra pas contenir tous les véhicules qui viennent des différentes destinations.

Il souhaite que le maire aménage plutôt la gare routière du centre-ville et la réserve uniquement aux transporteurs d’Obala. Une pierre dans le champ du maire comme d’ailleurs l’abandon de la zone rurale de cette commune.