Societe

un présumé gang de 4 malfrats interpellés à Bafoussam par les antigang

un présumé gang de 4 malfrats interpellés à Bafoussam par les antigang

Après leurs forfaits dans la nuit du 16 au 17 décembre où ils ont ôté la vie à un tenancier de bar au lieudit marché C .Ils ont été interpellés au petit matin du 26 décembre par l’officier de police Ndjiki Polidor et ses éléments.

La commissair divisionnai Ossomo Josiu du commissariat centrale de la ville de foussam et l’offic de police Ndjiki lidor Justice chef bureau anti gang les éléments de brigade viennent mettre hors d’état nuire un redoutable gang de quatre malfrats. Ils ont été présentés à la presse ce jour, puis après la reconstitution des faits sur les différents lieux, ils sont passés aux aveux complets. Ils sont Hamadou Amadou 34 ans-repris de justice et chef de gang, ldriss Musa 29 ans, Adamu Yabuba alias Youba 29 ans, Saly Amadou alias .Amidon 26 ans, tous d’ethnie Bororo. Ils ont été interpellés au petit matin du 26 décembre et sont l’objet d’une poursuite judiciaire pour coaction d’assassinat, port dangereux d’arme à feu, vol à main armée.

L’histoire remonte dans la nuit du 16 au 17 Décembre 2020, lorsque sieur Fossi Jean Pierre propriétaire de bar au lieu-dit marché « C » avait été froidement abattu par des agresseurs qui ont si tôt pris la poudre d’escampette, c’est en travaillant sur une autre affaire suite à la plainte de sieur Fossi Janvier dit père Gaz commerçant à Bafoussam faisant état d’un braquage à son domicile sis au quartier Banengo que les enquêteurs ont fait le lien. Deux suspects ont dans ce cadre été interpellés et l’enquête a abouti au 3e et 4e larron, lesquels sont passés aux aveux d’être les auteurs du meurtre de Fossi Jean Pierre dit  » Macabo bar « .

Une reconstitution des faits sur les lieux ont fait sortir les populations se leur colère cherchant à en découdre avec ces braqueurs de grands chemins, il y a lieu de saluer la collaboration qui a existé entre les populations et les forces de l’ordre. Ils ont déférés au tribunal militaire de Bafoussam pour répondre des faits qui leurs sont reprochés.

Face à la recrudescence des actes de grand banditisme avec armes à feu, une brigade spéciale a été créée pour lutter contre ces maux. Des femmes et hommes placés sous le commandement de l’ol-ficier de police Ndjiki Polidor Justice.