Societe

un gendarme soupçonné d'avoir tué sa femme

un gendarme soupçonné d'avoir tué sa femme

La dépouille de celle-ci  a été retrouvé auprès de lui après une violente dispute conjugale.

C’est une triste histoire qui alimente les conversations à Yaoundé, capitale politique du Cameroun.  En effet, après 21 années de vie commune, Claire Charlotte Ngono épouse Mendo a perdu sa vie au petit matin de ce mercredi 12 mai 2021. Un décès qui suscite consternation mais surtout incertitudes. La famille de la défunte soupçonne son mari, un gendarme de lui avoir ôté la vie.

«Ils se sont disputés le soir. Je croyais que ça allait s’arrêter. Il (l’époux, ndlr) a continué à bavarder, sans parler, elle est allée se coucher. Nous sommes aussi allés nous coucher. Il est encore descendu, continué à parler. Il est allé appeler sa mère. Je ne sais pas ce qui s’est passé là-bas. C’est vers minuit que j’ai eu un pressentiment, j’ai appelé son (sa mère, ndlr) numéro, c’est son mari qui répond», raconte Carelle Mimboe, fille de la défunte.

Son mari

C’est dans cette lancée qu’elle appelle sa grand-mère qui lui dit ne pas savoir ce qui se passe dans leur chambre. Elle lui conseille d’y faire un tour pour voir plus claire dans cette affaire.  «Quand j’arrive là-bas, je cogne à la porte, je frappe avec force. Son mari commence à me gronder à l’intérieur en me disant que si j’ai trop de force, je fracasse alors la porte une fois. C’est mon intuition qui me conduit alors vers la fenêtre ».

« En poussant la penderie, je constate qu’elle ne respire pas. Je lui dis qu’elle ne respire pas, il était assis sans réagir. Son fils et sa mère viennent aussi regarder. C’est là où je dis à son fils de casser la porte. Il casse la porte, on constate qu’elle ne respire plus. Et quand on porte notre mère pour l’emmener en bas, il n’est même pas avec nous, comme ci ça en le concernait pas» poursuit la fille de la défunte.