Societe

Transport aérien : Martin Camus Mimb furieux contre le directeur général des Aéroports du Cameroun

Transport aérien : Martin Camus Mimb furieux contre le directeur général des Aéroports du Cameroun

Le commentateur sportif regrette l’absence de rampe de circulation pour des chaises roulantes à l’aéroport de Douala.

Martin Camus Mimb n’est pas du genre à garder sa langue dans sa poche. Dans une tribune, le commentateur sportif interpelle le directeur général des ADC (Aéroports Du Cameroun) au sujet d’une situation incompréhensible. Voire « inconcevable, et humiliante à l’aéroport de Douala.»

« Il se passe que depuis quelques temps, Camair-co et d’autres compagnies embarquent et débarquent au sol. En temps normal, c’est banal. Même dans les grands aéroports, c’est fréquent. Sauf que l’aéroport de Douala n’a aucune rampe de circulation pour des chaises roulantes, ni aucun ascenseur. Vos pauvres employés sont obligés d’utiliser leurs muscles et leur bonne volonté, pour faire de l’haltérophilie sur les marches des escaliers en portant des chaises…Et parfois les personnes qui ont besoin d’assistance pèsent des centaines de kilos. », déplore le journaliste sportif sur sa page Facebook.

Hier pour mon retour sur Douala, raconte l’ancien employé de radio Equinoxe, une seule personne était au bas de la passerelle avec la chaise. Il n’a pu faire monter cette chaise, qu’avec le secours des muscles d’un autre passager.

Pourquoi une telle négligence

« Qu’est-ce que ça coûte d’aménager une rampe? Vous n’avez pas d’argent ? Dites-nous et je lance un coup de cœur ! Pendant ce temps, des « personnalités  » qui ont payé, sont récupérées sur le tarmac avec des voitures. Si donc votre aéroport a un problème de rampe, pourquoi ceux qui ont besoin d’assistance n’en bénéficieraient pas? », s’interroge Martin Camus Mimb.

L’expert en question de sports ne comprend pas cette négligence. Alors que le Championnat d’Afrique des nations de football démarre dans quelques jours : « Imaginez le scénario sur les escaliers avec une chaise roulante dans les bras qui lâche et la personne assistée a une situation pire que celle qui l’a cloué sur la chaise. Vous allez juste dire asiah? Même en plein dans une compétition qui reçoit des étrangers? Je n’arrive pas depuis des années à m’expliquer une telle négligence. De grâce, mettez l’humain au centre de votre gestion. Ce n’est pas une faveur. C’est une obligation de faciliter le voyage à tous les clients des compagnies qui vous payent des sommes incroyables ! »