Societe

Scènes de déviance au lycée de Kribi : les acteurs du tournage frisant la pornographie renvoyés de l'établissement public

Scènes de déviance au lycée de Kribi : les acteurs du tournage frisant la pornographie renvoyés de l'établissement public

C’est ce qui ressort d’une une communication spéciale de la ministre des Enseignants secondaires parvenue à notre rédaction.

Les élèves du Lycée bilingue de Kribi ont provoqué l’indignation des Camerounais à travers une vidéo obscène qui a envahi la toile le 1er mars 2021. Dans cette vidéo, on pouvait y voir des scènes de danses érotiques, fellation ou encore embrassades entre filles.

Traduits au conseil de disciple mercredi, les acteurs de ce tournage frisant la pornographie ont été renvoyés de l’établissement public. C’est du moins ce qui ressort d’une une communication spéciale de la ministre des Enseignants secondaires parvenue à notre rédaction.

Les différents rapports des conseils de discipline relatifs au scandale du Lycée bilingue de Kribi ont été rendus publics au cours de la traditionnelle visioconférence tenue le mercredi 3 mars au ministère des Enseignements secondaires. Une occasion pour le Pr Nalova Lyonga de s’entretenir avec les chefs d’Etablissement concernés pour un renforcement des mesures disciplinaires en vue de l’éradication des dérives de cet acabit en milieu scolaire.

Renforcer l’interdiction des téléphones portables à l’école

La ministre des Enseignements secondaires a pris un ensemble de décisions. Il s’agit entre autres de « saisir le Ministère des postes et télécommunication (Minpostel) pour la suppression des vidéos en cause et en circulation sur les réseaux sociaux ; amender les règlements intérieurs des écoles et y inscrire systématiquement des sanctions plus sévères à l’encontre des élèves », a informé Henri Bomba chargé de la communication de Pauline Nalova Lyonga.

Aussi, renforcer l’interdiction des téléphones portables à l’école ; renforcer les effectifs des surveillants généraux ; libérer les surveillants généraux des tâches pédagogiques pour plus de concentration sur la discipline.

Il a été également décidé : poursuivre la sensibilisation en optant au besoin pour des radios scolaires ; étendre les sanctions appliquées aux acteurs et preneurs d’images, aux spectateurs ; actualiser la lettre circulaire de 1993, portant sanctions punitives applicables aux élèves.