Societe

Reporters sans frontières demande la libération de Paul Chouta après deux ans de "détention abusive"

Reporters sans frontières demande la libération de Paul Chouta après deux ans de

Le journaliste est actuellement incarcéré à la prison centrale de Kondengui de Yaoundé. La romancière franco-camerounaise Calixthe Belaya l’accuse d’avoir publié, sans son autorisation, une vidéo sur Internet où elle prend part à une altercation avec un homme.

Le célèbre lanceur d’alerte camerounais, Paul Chouta, est détenu depuis le 28 mai 2019 après une plainte déposée par Calixthe Belaya pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles. La romancière franco-camerounaise l’accuse d’avoir publié, sans son autorisation, une vidéo sur Internet où elle prend part à une altercation avec un homme.

Le procès du journaliste a déjà fait l’objet de 26 audiences. Une procédure et une détention provisoire particulièrement longues pour une vidéo qui ne dure que quelques minutes. D’autant que le journaliste a déjà atteint voire dépassé la peine maximum qu’il encourt pour les charges qui sont retenues contre lui.

Le journaliste est actuellement incarcéré à la prison centrale de Kondengui de Yaoundé. Il a pour voisins de cellule des personnes accusées de terrorisme, de liens avec Boko Haram ou avec le mouvement séparatiste des régions anglophones du Cameroun. En mai 2020, il avait reçu un traitement contre la Covid-19 après avoir présenté des symptômes du virus qui circule activement dans les prisons camerounaises.

Le délibéré du procès le 6 mai 2021

Alors que le délibéré du procès de Paul Chouta, a lieu le 6 mai 2021, Reporters sans frontières (RSF) demande sa libération après deux ans de détention abusive : « Il y a un décalage abyssal entre les faits qui sont reprochés à ce journaliste et le traitement qui lui est réservé depuis deux ans. Le fond de cette affaire aurait pu être examiné depuis bien longtemps. Qu’est ce qui peut justifier aujourd’hui qu’il continue à être incarcéré si ce n’est la volonté d’écarter un journaliste qui dérange? Nous demandons sa libération », dénonce le responsable du bureau Afrique de RSF, Arnaud Froger.

Avant son incarcération, le journaliste était déjà fréquemment la cible de menaces pour ses reportages critiques du pouvoir, selon Emmanuel Vitus, le directeur de publication de Cameroun Web joint par RSF.

En janvier 2019, avant son arrestation, Paul Chouta avait été agressé au couteau par trois individus qui demeurent non identifiés par les autorités à ce jour. Des membres de son entourage ont, à la suite de son arrestation, aussi subi des tentatives d’intimidation répétées de la part de la police.