Societe

Obsèques: le Cardinal Christian Tumi sera inhumé le 20 avril prochain

Obsèques: le Cardinal Christian Tumi sera inhumé le 20 avril prochain

Le programme des obsèques du Cardinal Christian Tumi s’étend du 19 au 20 avril 2021.

Par la plume de l’Abbé Timothée Ouwe, l’Archidiocèse de Douala fait savoir à toute la communauté chrétienne, que les obsèques du Cardinal Christian Tumi vont se dérouler du 19 au 20 avril prochain. Pour ce qui est du programme détaillé, l’Archidiocèse dirigé par Mgr Samuel Kleda précise qu’il sera communiqué dans un futur proche.

A titre de rappel, le Cardinal Christian Tumi est décédé le samedi 3 avril 2021 dans la ville de Douala des suites de maladie. Sa mort a affecté de nombreux chrétiens catholiques qui ne cessent de lui rendre. D’ailleurs le Vatican par la plume du Pape François a salué l’impact de ses actions dans la vie de l’église catholique aussi du Cameroun.

«Le Cardinal Tumi marqua de manière inoubliable l’Eglise ainsi que la vie sociale et politique de son pays, s’engageant toujours courageusement pour la défense de la démocratie et la promotion des droits humains. Parvenu à un âge avancé, il resta toujours disponible au service de la paix et de la réconciliation», a écrit le Pape François.

Dans l’hommage qu’il a rendu au Cardinal Tumi, le président de la République Paul Biya a reconnu qu’il était épris d’amour pour le Cameroun.

«Le Cardinal Christian Tumi aura incontestablement marqué l’histoire de notre pays, le Cameroun, qu’il a profondément aimé et au progrès duquel il était tellement attaché. Le message de paix, d’amour et de progrès qu’il a porté tout au long de son ministère pastoral résonnera à jamais dans nos mémoires», a écrit le Chef de l’Etat.

Elie Smith connu comme l’un des proches collaborateurs du Cardinal Tumi a gardé de lui son esprit de combattant. De passage à Radio Balafon, il a indiqué que le Cardinal, par le passé a fortement contribué à abolir le paiement de la Zaakat, un impôt local versé aux lamidos à Yagoua, par les chrétiens. Cela lui a valu un procès au Tribunal militaire. Il a eu gain de cause à la suite de l’intervention de l’ancien président camerounais Ahmadou Ahidjo.

Liliane N.