Societe

Obsèques du Bâtonnier Tchakoute/Akere Muna : «comment un deuil peut-il nous diviser? Qui a peur du Barreau?»

Obsèques du Bâtonnier Tchakoute/Akere Muna : «comment un deuil peut-il nous diviser? Qui a peur du Barreau?»

Me Akere Muna l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2018 note que l’ombre de la politique impacte même déjà sur le repos des âmes des défunts.

Sur son compte Twitter, Me Akere Muna a réagi par rapport au report des obsèques du Bâtonnier Charles Patie Tchakoute. L’ancien candidat de l’élection présidentielle de 2018 observe que la politique tient aujourd’hui tous les domaines de la vie du Cameroun. Même pour des obsèques, la politique impacte négativement.

«Je m’empresse de rentrer de New York pour les honneurs à notre Bâtonnier Tchakoute, et j’apprends le report sine die des funérailles. Désormais, l’ombre de la politique empêche même les âmes de se reposer en paix! Comment un deuil peut-il nous diviser? Qui a peur du Barreau? », a-t-il écrit.

Rappelons qu’un communiqué conjointement signé par  l’épouse du défunt Bâtonnier Tchakounte Patie née Zesseu Clarisse et Sa majesté Roger Nkamadjou II chef supérieur du groupement Bahouoc, sorti la semaine dernière, a indiqué que les obsèques de Me Patie n’auront plus lieu du 26 au 28 novembre 2020 comme prévu. Le communiqué n’a pas donné de nouvelles dates. Il n’a non plus donné des justifications de ce report.

Ce qu’on sait c’est que l’incident survenu avec les avocats et la police  le 10 novembre 2020 au Tribunal de première instance de Bonanjo à Douala; y est pour quelque chose. Parce que du fait de la traque que certains avocats ont subi ces derniers jours, l’Ordre des avocats du Cameroun, dans un communiqué a fait savoir que les hommes en robe renoncent «aux hommages judiciaires initialement programmés sur les parvis de la Cour d’Appel du Littoral et de la Cour Suprême du Cameroun du Bâtonnier Tchakoute Patie Charles pour les orienter en d’autres lieux plus accueillants pour les avocats».

Le même communiqué a aussi indiqué que les avocats suspendait le port de la robe dans la période allant du 30 novembre au 4 décembre sur toute l’étendue du territoire.