Societe

NOSO : Stanley Enow, Tzy Panchak et Magasco sont menacés de kidnapping

NOSO : Stanley Enow, Tzy Panchak et Magasco sont menacés de kidnapping

Le kidnapping de ces trois artistes vient d’être commandité par Tapang Ivo, un activiste ambazonien vivant à l’étranger. Il fait partie de ces gens qui depuis l’extérieur appellent au crime dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

C’est dans une vidéo comme il a l’habitude d’en produire que l’activiste et militant ambazonien Tapang Ivo Tanku, fait savoir que les combattants séparatistes devraient se saisir de ces trois artistes camerounais de premier plan. Ils ont comme trait commun d’être originaires de la zone anglophone et aussi d’être très en vogue en ce moment sur les scènes musicales nationales et internationales.

Pour lui, Stanley Enow, Tzy Panchak et Magasco devraient être kidnappés. Ce Tapang Ivo Tanku reproche à ces trois artistes, c’est de s’être mêlé au vent d’indignation porté par les artistes Camerounais. Une vague qui est placé sous le hashtag #endanglophonecrisis. Il leur est reproché d’appeler eux aussi à la fin de la guerre dans les régions anglophones.

Pour cet activiste ambazonien, les artistes en question sont des « terroristes ». Puisque selon lui, tout appel à la fin du conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest va à l’encontre de leur mission, celle « de restaurer l’indépendance du Southern Cameroon ». Il affirme dans cette vidéo : « Tout musicien, artiste ou toute personne appartenant au Cameroun, soyez très attentif car dans les jours à venir vous pourriez être arrêté. J'appelle en particulier Stanley Enow, Magasco, Tzy Panchak et quelques personnes qui devront faire l’objet d’une arrestation immédiate en Ambazonie. »

Il faut rappeler qu’après le meurtre sanglant de sept élèves de la Mother Franscisca International Bilingual Academy de Kumba, plusieurs artistes camerounais et même étranger se sont indignés et ont en chœur demandé la fin de la guerre dans les régions actuellement en crise. Ce qui ne plaît aucunement à Tapang IVO.

« Ils exécutent ce que la République du Cameroun a mis en œuvre jusqu’ici comme des stratégies pour mettre fin à une Ambazonie qui a droit à l'auto-détermination », a déclaré Tapang. On se souvient que pour sa part, Tzy Panchak avait déploré les meurtres d'enfants innocents dans un post Facebook lundi, appelant à la fin de « cette folie maintenant ».

Sur le terrain, les enquêtes se poursuivent pour mettre la main sur le reste de la bande qui avait posé cet acte d’assassinat crapuleux sur de petits enfants innocents. Mais en attendant, les trois artistes et d’autres qui appellent à la fin de cette guerre, semblent être persona non grata dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Stéphane NZESSEU