Societe

Musique : Samy Diko enterre la hache de guerre avec Petit Pays

Musique : Samy Diko enterre la hache de guerre avec Petit Pays

Dans une récente vidéo qui circule sur la toile, routeur du titre à succès « évolution» a demandé pardon à son formateur dans le groupe “Les sans visas”.

Les deux artistes en froid depuis plus d’une dizaine d’années sont sur le chemin de la réconciliation.

En effet, lors d’une soirée privée organisée ce 20 janvier à Douala par la choriste Viviane Koum, Samy Diko, de son vrai nom Samuel Dikongue, a fait un premier pas vers la fin des hostilités à travers un message dans une vidéo où il déclare: «à partir d’aujourd’hui tout ce qu’il y a comme soucis, comme malentendus, que cela finisse au nom de Jésus ! Quel qu’en soit ce que j’ai fait et qu’il me reproche, devant Dieu qu’il me pardonne», a t-il déclaré, révélant par la même occasion avoir remis le compteur à zéro.

En effet, Samy Diko avait dénoncé le comportement de l’artiste «Petit Pays» envers lui alors qu’il était encore membre du groupe « Les sans visas ». Et à son formateur de réagir par rapport aux accusations de tentative de meurtre.

« Rabba-Rabbi » n’a pas encore réagi en ce qui concerne cette demande de pardon de l’ex musicien de son écurie qui reconnaît son apport au rayonnement de la musique camerounaise. Pour lui, « Petit pays » de son vrai nom Adolphe Claude Moundi, «a beaucoup donné à la Un formateur de jeunes. «Petit Pays» sera célébré dans quelques mois à travers le concept dénommé « célébrer les icônes ». L’initiative lancée par l’artiste Monny Eka a pour but de rendre hommage à un artiste ayant marqué sa génération de son vivant à travers ses œuvres musicales.

La toute première édition mettra à l’honneur l’artiste-musicien Petit Pays et ses différentes œuvres. Ce choix honorifique a été justifié par le rôle qu’a joué « le turbo d’Afrique » «au rayonnement de la culture camerounaise à travers ses multiples productions et la formation des artistes de plusieurs générations à travçrs son écurie « les sans visas.

Le programme de la célébration de ce «grand maître» et «artiste pluridimensionnel avec une multi dimension de chansons à succès depuis 1987» sera ponctué par des interprétations des chansons de l’artiste par les figures de la musique camerounaise de cette génération, notamment celles appartenant au courant urbain. Une façon d’immortaliser le nom de l’artiste considéré comme une marque. Selon les autorités culturelles, celui qui se fait également appeler le Turbo d’Afrique fait partie des acteurs qui contribuent au rayonnement de la culture camerounaise au delà des frontières nationales.

Selon le Dr. f dimo François, délégué régional, du ministère des Arts et la Culture de la légion du Littoral, le Cameroun célébrera ainsi «une icône de la musique qui d(e par sa production artistique, est rentré dans le patrimoine culturel du Cameroun». L’apothéose de la célébration de « Rabba Rabbi » aura lieu le 3 avril 2021 à la salle Canal Olympia de Bessengue Douala. Au cours d’un spectacle live avec l’orchestre «les sans visas», des artistes de renommée nationale et internationale de toutes les générations interpréteront les chansons de «Petit Pays».