Societe

Massacre de Kumba : des chefs traditionnels condamnent

Massacre de Kumba : des chefs traditionnels condamnent

Ils convoquent un rituel le 31 octobre 2020 à Buéa pour conjurer la guerre au Cameroun.

Réunis en assemblée générale mensuelle le 26 octobre dernier, les chefs traditionnels Sawa du Wouri ont condamné avec la dernière énergie le massacre de sept élèves  le 24 octobre dernier dans un établissement à Kumba (Sud-Ouest). A la suite de cette réunion, sa majesté Ness Essombey Nbambwe, président de l’association des chefs Sawa du Wouri (Littoral), appelle à l’union sacrée.

Il a signé une note dans laquelle il invite tous les chefs traditionnels du grand Sawa, vivant dans les régions du Sud, du Sud-Ouest et du Littoral et leurs pairs du Cameroun à une mobilisation générale le 31 octobre 2020 à Buea (Sud-Ouest). Sous la conduite des chefs traditionnels du Sud-Ouest, encadrés par leurs homologues Sawa du Littoral et du département de l’Océan dans le Sud, cette mobilisation sera marquée par l’organisation d’un rituel visant à conjurer la violence sur les terres du peuple Sawa et la guerre au Cameroun.

Le Cameroun est en effet en guerre sur tous les fronts. Notamment contre la secte terroriste Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord depuis 2014, bientôt dix ans, la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis 2016, et les attaques sporadiques des groupés armés centrafricains dans la région de l’Est. Le rituel convoqué par des chefs pour conjurer les guerres coïncide avec la journée de deuil national décrétée par le chef de l’Etat à la suite du massacre des 7 élèves dans une école de Kumba le 24 octobre 2020.