Societe

Marches du 22 septembre 2020 : les militants du MRC encore en détention récusent le juge du Tribunal militaire de Yaoundé Joël Albert Bias

Marches du 22 septembre 2020 : les militants du MRC encore en détention récusent le juge du Tribunal militaire de Yaoundé Joël Albert Bias

Par le biais de leurs avocats, ils accusent le juge du Tribunal militaire de Yaoundé,  de «déni de justice, violation des délais raisonnables et vice de partialité».

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) continue de se battre pour la libération des ses militants qui restent encore incarcérés. Pour ceux qui sont détenus dans la ville de Yaoundé, le collectif des avocats qui les défend a adressé une correspondance à la présidente du Tribunal militaire de la capitale. Le Collectif d’avocats Me Sylvain Souop dénonce déjà la lenteur dans la procédure.

Plus important encore, il accuse le magistrat Joël Albert Bias de «déni de justice, violation des délais raisonnables et vice de partialité». Aussi, il «dénonce la division inexplicable de l’action publique qui s’exerce, tantôt devant les juridictions de droit commun comme au tribunal de première instance tantôt devant les juridictions d’exception comme c’est le cas au tribunal militaire pour les mêmes faits qualifiés d’infraction», rapporte le quotidien Le Jour dans son édition parue en kiosque ce jeudi 25 février 2021.

Rappelons qu’il reste 48 militants du MRC en détention. Ils sont détenus à la prison centrale de Kondengui. Ils ont été arrêtés pour les marches dites blanches de leur parti. Ils sont poursuivis pour des motifs de tentative de révolution, de rébellion, d’attroupement aggravé et défaut de Carte nationale d’identité. Depuis leur arrestation, leurs avocats n’ont eu de cesse de dénoncer des cas de violations de leurs droits, notamment des violences physiques perpétrées par les forces de l’ordre.