Societe

l'école publique de Meyo fermée pour risque d'éboulement

l'école publique de Meyo fermée pour risque d'éboulement

Cet établissement scolaire est fortement impacté par les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen qui ont érodé ses fondations.

Depuis plus d’une semaine, l’école publique de Meyo dans l’arrondissement de Yaoundé 4 a fermé ses portes. La décision a été prise par le sous-préfet de cette unité administrative qui redoute l’éboulement de cette école.

En effet, cet établissement scolaire est fortement impacté par les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen qui ont érodé ses fondations. Conséquence, les élèves exposés au risque d’effondrement des bâtiments ainsi qu’à d’autres accidents.

« Nous vivons dans l’insécurité totale avec nos élèves. Les travaux du chantier de l’autoroute nous perturbent énormément et nous ne parvenons même plus à dispenser les cours. Trop de bruits, les élèves peuvent même tomber derrière l’école, là où les engins creusent et perdre leur vie », alerte à la Crtv, Florence Nsom, directrice Groupe I.

Compte tenu de l’ampleur de la situation, les populations riveraines se proposent de mettre à la disposition de l’Etat, un site pour le recasement de l’école, souligne Sa Majesté Laurent Claude Mani, chef de 3ème degré.

Mettre les enfants en sécurité

« J’ai reçu les instructions du sous-préfet. De cet entretien il était question prioritairement de mettre les enfants en sécurité. Ce qui prime, c’est la sécurisation des enfants et des lieux. Avant tout, il faut fermer l’école, faire en sorte que les enfants ne puissent pas suivre les cours tant qu’il y a les travaux. Et derrière, nous travaillons d’arrache-pied pour trouver un site pour pouvoir installer provisoirement l’école en attendant la fin des travaux », ajoute-t-il.

C’est dans le but de préserver la vie des 500 élèves cette école que le sous-préfet de Yaoundé 4, Samuel Nokuri a instruit sa fermeture. Cependant, comment va se passer le reste de l’année scolaire pour les élèves de l’école publique de Meyo. Notamment ceux des classes d’examen ? S’interrogent des parents qui attendent une réponse urgente des autorités.