Societe

Hôpitaux publics : près de 5000 personnels en situation de précarité

Hôpitaux publics : près de 5000 personnels en situation de précarité

C’est une situation est due aux rémunérations faibles versées de manière irrégulière, des contrats de travail à durée déterminée, le non-reversement des cotisations sociales à la CNPS, etc.

Ce sont des chiffres qui font froid au dos. 4453 personnels de santé se trouvent en situation de précarité au sein des formations sanitaires (FOSA) publiques dans les régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest. C’est ce que révèle une enquête réalisée par le ministère de la Santé publique (Minsanté) et ses partenaires sociaux.

Selon le Syndicat national des personnels des établissements/entreprises du secteur de la santé au Cameroun (Cap/santé) et le Syndicat national des personnels médico-sanitaires (Synpems), l’ambiance est pesante dans certaines FOSA en raison des rémunérations faibles versées de manière irrégulière, des contrats de travail à durée déterminée donc précaire, le non-reversement des cotisations sociales à la CNPS, etc.

« Les personnels de santé en situation précaire exerçant dans les hôpitaux publics sont en surnombre par rapport au personnel de santé en situation régulière. Dans certaines formations sanitaires, ils représentent autour de 60 %. Ce qui fait qu’à la fin du mois, il y en a qui ne sont pas payés », constate Bala Bala, président du Synpems.

La gouvernance hospitalière

Jean Jacques Andjongo, inspecteur des services au Minsanté, reconnait que dans la majorité des FOSA, les textes organisant la gestion des quotes-parts et des primes ne sont pas respectés. Idem pour la prise en charge des personnels.

Parmi les recommandations faites lors de la présentation des résultats de l’enquête rendue le 8 mai 2021 en vue d’améliorer les conditions de travail des personnels de santé, figure la réactivation du comité de suivi du dialogue social Minsanté-partenaires sociaux.

Le Minsanté a aussi prescrit la mise sur pied d’un groupe de travail pour mener la réflexion sur la gouvernance hospitalière et la publication d’une lettre-circulaire rappelant les textes qui régissent les comités de gestion des FOSA