Societe

Est : 4500 nouveaux réfugiés en terre camerounaise

Est : 4500 nouveaux réfugiés en terre camerounaise

Partis de la RCA, certains centrafricains tentent de trouver refuge au Cameroun après la guerre civile qui semble avoir repris récemment. La région devient la première destination de ces victimes de guerre.

Arrivés il y a trois semaines, plus de 4500 centrafricains devenus sans abris ont convergé vers le Cameroun, précisément dans la région de l’Est du pays. La plupart d’entre eux selon les différents témoignages recueillis, fuient la guerre civile ayant repris depuis les élections du 27 décembre 2020. Une élection à laquelle le président sortant, le Pr. Faustin Archange Touadera avait été réélu à 53,92%.

Ce conflit oppose les rebelles à l’armée du pouvoir central «plus de 30 000 centrafricains ont fui leur pays depuis le ’27 décembre 2020. Ils se sont réfugiés au Tchad, au Congo Brazzaville, en RDC et 4 434. autres personnes sont arrivées au Cameroun, la plupart dans la ville frontalière de Garoua-Boulai», a précisé le Haut Commissariat aux Réfugiés dans une communication du 08 janvier dernier.

Ils ont été présentés au ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Ndi, au cours d’une visite qu’il a effectué dans la région, le 10 janvier dernier par l’organisation onusienne.

Les 4500 réfugiés sont accueillis pour la plupart dans l’ancienne sous-préfecture de Garoua-Boulai, ville frontalière dans la région de l’Est du Cameroun. Ils sont ensuite redirigés vers le camp de Gado Bazere, à quelques kilomètres de la. Ce camp accueille déjà plus de 25 000 réfugiés, pour l’essentiel des centrafricains qui ont fui la guerre civile qui sévit dans leur pays.

Parmi eux, l’on a également recensé 150 ressortissants chinois qui ont fui l’avancée des rebelles, mais qui ont surtout voulu échapper aux pillages dont ils sont victimes dans la capitale Bangui, «le chef de l’Etat nous a demandé de venir voir la situation et de vous apporter son aide personnelle pour encadrer les quelques 100 ressortissants chinois qui sont dans cette situation de détresse pour rassurer la communauté chinoise», a confié le ministre de l’administration territoriale à ces chinois, l’écoutant attentivement et regroupés dans un camp chinois de la petite ville frontalière Garoua-Boulai.

Des couvertures et autres denrées alimentaires leur ont été distribuées en guise de soutien au nom du Président de la République, son Excellence Paul Biya.