Societe

Douala: 300 familles dans la rue à New Town Aéroport

Douala: 300 familles dans la rue à New Town Aéroport

Ces 300 familles ont été déguerpies de leurs habitations le samedi 26 juin 2021.

Depuis la journée du 26 juin 2021, il y a un peu près de 300 familles qui se retrouvent sans domicile. Celles-ci avaient établi leurs maisons au quartier New Town Aéroport à Douala, sur sur les emprises du domaine aéroportuaire. Leurs maisons ont donc été démolies à la date susmentionnée.

On apprend de nos sources, que c’est de bonne heure que les engins de démolition ont investi les lieux. Et peu avant 6heures, ils avaient déjà tout détruit sur leur passage. Les populations impuissantes et les propriétaires des maisons détruites n’ont pu que se mettre à l’abri. Il y en avait aussi qui s’activaient à récupérer portes et fenêtres. D’autres ont choisi de sauver tôles et ustensiles.

Toutefois, comme on peut l’imaginer,  des militaires, gendarmes, et policiers étaient bien présents. Ils avaient été déployés en nombre sur le site pour établir un cordon de sécurité. A un moment, avec les esprits surchauffés, le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule et la tenir à bonne distance du champ des opérations.

Dans l’édition de ce 28 juin 2021 du quotidien Le Jour, un déguerpi répondant au nom d’Abdouraman Yaouba déclare : «les forces de maintien de l’Ordre ont commencé à nous lancer des gaz lacrymogènes. Ils nous empêchaient de faire sortir des choses de la maisons».

Selon des riverains, ces déguerpissements de samedi dernier ont été faits après la mise en demeure servie par le premier adjoint préfectoral du département du Wouri.

«Selon le document qui s’adressait aux populations de New Town Aéroport, cette mise en demeure rentre dans le cadre des travaux d’assainissement des espaces aéroportuaires du Cameroun tel que défini par l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci), et en application des instructions du ministre de l’Administration territoriale objet du message fax n°000960 MFX/MINAT/SG/DPC/BSC du 03 novembre 2020», rapporte Le Jour.

Pour Cabral Libii, député du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale qui s’est rendu sur les lieux samedi, les autorités doivent penser à indemniser les personnes déguerpies qu’elles aient eu des titres fonciers ou pas. L’élu de la nation a promis de saisir ce lundi 28 juin 2021, le président de la République, le premier ministre et le ministre de l’Administration territoriale.

Liliane N.