Societe

Cyber criminalité : Le Colonel à la retraite Didier Badjeck en paye une fois de plus les frais

Cyber criminalité : Le Colonel à la retraite Didier Badjeck en paye une fois de plus les frais

Sur sa page Facebook, il a attiré l’attention de ses concitoyens contre des individus sans foi ni loi, qui tentent d’arnaquer leurs concitoyens, en leur promettant au passage un recrutement au sein de l’armée Camerounaise.

Mise en garde

« Depuis quelques temps, je me plains d’une utilisation irrégulière de mon identité via des supports tels que Facebook, Messenger, et une pléiade de numéros de téléphone à travers lesquels des individus  mal intentionnés se livrent à des opérations interlopes.

Plusieurs procédés de plus en plus subtils sont alors utilisés pour escroquer malheureusement des connaissances crédules qui mordent à l’appât de ces criminels. Tout en étant peiné par cette situation, je relève qu’il faudrait faire preuve de méfiance tout de même, surtout que ces opérations dévoilent plusieurs indices manifestement suspects.

Les arnaques sont régulièrement montées autour des subterfuges ci-après :

Monnayage des recrutements dans les Forces de Défense ;

Demande de transferts pour solutionner une urgence ;

Offres d’emploi.

Il se trouve que récemment, ces criminels aient changé de stratégie et m’imputent désormais des propos malveillants dont certains sont de nature insidieuse ou séditieuse.

En effet, un compte Facebook portant mon prénom et mon nom « Didier Badjeck » avec une photo de profil récupérée probablement dans des photothèques disponibles est utilisé. Par contre, mon compte Facebook officiel porte d’abord mon nom et mon prénom ensuite « Badjeck Didier ».

La dernière évolution de cette cybercriminalité m’a paru pour le moins curieuse au niveau du contenu ; le sujet de désinformation porte sur la mise en ligne d’une grille de salaire des militaires que j’aurais produite, toute chose qui dénote par ailleurs, une volonté de l’auteur de susciter des frictions entre les populations et les militaires.

Le crédit apporté à cette information trouve sa pertinence dans l’utilisation de mon iconographie assez populaire. Une telle manœuvre est subversive et vise de manière évidente la déstabilisation du Cameroun. L’on devine que les auteurs veulent créer une étincelle par mimétisme de ce que l’actualité nous fait vivre ces derniers temps.

Me concernant, j’observe désormais que le centre de gravité des cybercriminels s’est déplacé du champ interlope vers un champ politique.

Je peux également déduire que les criminels  qui me harcèlent  depuis un moment et des politiques à qui profiterait une désinformation contre l’Armée camerounaise, ne formeraient qu’un et un seul homme.  Cela n’a malheureusement rien de reluisant, encore moins si l’opération est menée pour assouvir un instinct de vengeance.

En revanche, il faudra un  peu plus pour m’impressionner, et je tiens à préciser solennellement que rien ne pourra freiner mes élans patriotiques, encore moins ma contribution à la défense populaire qui est un devoir citoyen, encore plus, celui d’un officier à la retraite.

Pour ce faire et en d’autres termes, je n’ai besoin d’aucune autorisation pour participer au combat exaltant de la défense de notre Nation et de nos institutions, notre concept de défense étant populaire.

Si les auteurs de telles manœuvres pensent me discréditer, l’effet contraire risquerait plutôt de se produire, car l’on juge de l’importance d’un individu par le nombre de ses ennemis.

Cette mascarade finira par être démasquée et je serai particulièrement pugnace pour la défense de mes droits et la réparation des préjudices créés. Ce que je ne souhaite pas est que les auteurs soient épinglés dans mon proche entourage ».

N.R.M