Societe

Contestation : les oncles se déchirent pour Ia tutelle des neveux millionnaires

Contestation : les oncles se déchirent pour Ia tutelle des neveux millionnaires

Un chef de famille s’est empressé d’ouvrir la succession de sa sœur en se désignant administrateur des biens laissés par cette dernière à ses orphelins. Les autres frères de la défunte s’y opposent.

Le linge sale n’a pas pu se laver en famille et c’est désormais en publié que Samuel et David ont décidé de régler leur différend Le premier fait opposition à un jugement d’hérédité qui désigne le second coadministrateur des biens de Angèle, leur défunte sœur. Les deux hommes se sont présentés devant le Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé le 8 septembre 2020 et ont essayé chacun à son tour de convaincre le juge par leurs arguments.

C’est en 2018 qu’Angèle et ses deux enfants sont décédés suite à un glissement de terrain. Elle a laissé deux autres enfants, âgés respectivement de 14 et 18 ans. De son vivant, elle ne s’était pas mariée et ses enfants n’ont jamais été reconnus par leur géniteur. «Dans la coutume bamiléké, quand une femme n’est pas mariée traditionnellement, ses enfants appartiennent à sa famille d’origine», a relaté Samuel, le plaignant dans cette procédure.

Famille nucléaire

En effet, après le décès de Angèle, l’.Etat s’est engagé à verser une somme de 5 millions de francs à la famille des victimes de cette catastrophe. L’argent devait servir à l’encadrement et’J’insert!on sociale des orphelins de Angèle. Pour entrer en possession de l’enveloppe, la famille devait présenter un jugement d’hérédité de la défunte. David, qui se présente comme le chef de cette famille de cinq enfants a saisi le juge du tribunal de Yaoundé et a obtenu le jugement d’hérédité de Angèle, à l’insu de ses autres frères et des orphelins. La décision querellée désigne les enfants de Angèle cohéritiers de leur défunte mère, et David ainsi que l’une de ses sœurs, coadministrateurs et tuteurs des enfants mineurs.

Ayant eu vent de ce jugement, Samuel a fait opposition. Il soutient pour sa part que son frère aîné ne s’est jamais occupé de leurs neveux, même du vivant de leur sœur. Pis, ce dernier, qui réside à l’étranger, n’a pas organisé un conseil de famille, qui le ^désigne coadministrateur des biens de leur sœur. Samuel soulève également l’incompétence territoriale du tribunal de Yaoundé, qui a rendu cette décision. «Notre sœur vivait et est décédée à l’Ouest. Je ne sais pas par quelle alchimie mon frère à réussi à obtenir un jugement d’hérédité à Yaoundé avec deux personnes de la famille nucléaire, à savoir lui et notre grande sœur, qui vit elle aussi à l’étranger. Les orphelins vivent avec moi depuis le décès de leur mère, ils n’ont pas assisté au conseil de famille. Ils ne se sont jamais présentés devant un tribunal », a confié Samuel. Ce qui énerve le plus l’enseignant, c’est le fait que David a décaissé l’argent et n’a rien reversé à leurs neveux. «Il ne reste plus une miette. 11 a déjà tout bousillé avec sa complice».

2 contre 3

Pour sa défense, David, qui s’est fait assister par son avocat au cours du procès, a soutenu que Samuel n’a pas qualité pour saisir le tribunal. Pour lui, seuls les cohéritiers ont ce pouvoir. Ils doivent dire au tribunal avec lequel de leurs oncles ils préfèrent vivre. «Ce monsieur a enterré notre sœur dans une fosse commune avec ses enfants. Ce n’est pas digne d’une famille royale dont nous somme originaires. Il a humilié et déshonoré le cadavre de nia sœur», a déclaré David Pour ce qui est de la gestion des fonds qu’il reconnaît avoir reçus, David a déclaré avoir ouvert un compte dans lequel il a logé les-dits fonds. ‘

‘Au cours des débats, il ressort que Samuel et David sont issus d’une famille polygamique. Leur père avait de nombreuses femmes, qui ont aussi laissé des enfants. «Tous les oncles et tantes de ces enfants ont le même statut et les mêmes privilèges. Même vos frères consanguins ont leur mot à dire. C’est un problème familial qui doit être réglé au village», a éclairé le tribunal avant de renvoyer l’affaire au S octobre 2020 pour la comparution des ayants droit de Angèle.