Societe

Cabale : Franck Hubert Ateba accuse Louis Paul Motaze de l'avoir empoisonné

Cabale : Franck Hubert Ateba accuse Louis Paul Motaze de l'avoir empoisonné

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le promoteur des Centres multi média cite nommément le ministre des Finances et le tient pour responsable de la « mort de son frère ainsi que de son mal être actuel. Dans le même ordre d’idées il insiste auprès du Président de la République afin qu’il donne l’ordre de le faire évacuer dans les plus brefs délais, arguant son système immunitaire est gravement atteint et qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps à vivre.

Ses propos

« Mes chers compatriotes, je voudrais vous dire que si je ne suis pas évacuée dans les quarante huit heures qui suivent, je ne pense pas que Dieu me maintiendra en vie encore

Je dis, si le Président Paul Biya ne peut pas me faire évacuer, je vais mourir, parce que je ne pense pas que je puisse encore résister pendant longtemps

Le poison est entrain de monter en moi, c’est l’eau qui me maintient en vie. On m‘a donné un anti poison et on m’a demandé de ne plus boire de l’eau et j’ai vu la mort venir

Ceux qui suivent ce message, qu’ils demandent à monsieur Paul Biya – Président de la République du Cameroun de me faire évacuer dans l’urgence. Que je le mérite ou pas, ce n’est pas le débat

Dites lui de me faire évacuer, parce que c’est son ministre qui nous a empoisonné. C’est monsieur Louis Paul Motaze qui a demandé que nous soyons empoisonnés dans un restaurant et celui qui s’est occupé de cette sale besogne c’est le Commissaire Bidja Didier ;  il a été aidé par un certain Nlaté Hervé, qui dit être le secrétaire particulier de monsieur Pierre Meba’a

C’est Louis Paul Motaze qui a demandé que mon frère et moi soignons empoisonné. Ils ont loué pendant trois jours un restaurant avec tout le buffet, parce qu’ils savaient qu’il était probable que nous arrivions là bas

Ils ont été les seuls clients pendant ces trois jours et, si nous étions dans un pays sérieux, le Procureur de la République aurait déjà fermé ce restaurant, il aurait déjà interpellé le personnel, ils auraient déjà fait les prélèvements, ils auraient déjà pu vérifier que je souffre du poison

Ce pays, après ma mort devra se rendre compte que j’aurai au moins eu la chance que Ng’a Stéphane mon frère n’a pas eu et dire qui m’a tué. J’ai déposé auprès du Procureur de la République, la liste des complices et j’ai pu écrire et, le dossier pour lequel Louis Paul Motaze a décidé de me tuer sera publié après ma mort

Là où je suis, je parle seulement parce que je n’ai même plus peur de quoi que ce soit… Motaze veut prendre le pouvoir, il dit que Paul Biya a tué son frère, l’aide de camp du Chef de l’Etat et Jeanne Irène Biya - sa tante et il veut se venger

Il s’est confié à un pédéraste et ce dernier s’est confié lui aussi à mon frère ; mon frère qui tenait le Président de la République de toutes les informations, même les plus sensibles lui a fait part de cette nouvelle

Je viens de vous confier la stricte vérité. Que les Camerounais s’en souviennent, que les générations futures comprennent qu’elles ne peuvent pas laisser les pédérastes prendre en otage le Cameroun ; Que vous comprenez qu’on ne peut pas laisser le diable prendre en otage le Pays

Tous les journalistes ont reçu de l’argent, même ceux qui disaient être mes amis, c’est la raison pour laquelle aucun ne fera allusion à ce qui se passe mais, je dis la vérité… ».

N.R.M