Societe

Après le Sous-préfet de Maroua 2e, le Préfet du Diamaré rappelle l'interdiction d'une marche dite "contre les souffrances du peuple"

Après le Sous-préfet de Maroua 2e, le Préfet du Diamaré rappelle l'interdiction d'une marche dite

Jean Marc Ekoa Mbarga le Préfet du Diamaré rappelle que la marche du 29 novembre prochain initiée par le «Collectif citoyen contre les souffrances du peuple», est interdite.

Après le Sous-préfet de l’arrondissement de Maroua IIe, Jean Marc Ekoa Mbarga le Préfet du Diamaré interdit la tenue d’une marche dite «contre les souffrances du peuple», dans sa zone de compétence. De ce fait, l’autorité administrative a signé un communiqué hier 25 novembre 2020. Dans ledit communiqué, le Préfet accuse le «Collectif citoyen contre les souffrances du peuple», initiateur de la marche qui doit avoir lieu le 29 novembre 2020, d’adopter une «attitude insurrectionnelle».

Aussi, il précise que l’interdiction de cette marche ne se limite pas seulement à l’arrondissement de Maroua IIe mais dans tout l’ensemble du département du Diamaré. Et ceux qui vont s’entêter à l’organiser, devront faire face aux sanctions prévues par la règlementation.

«Cette prétendue marche pacifique projetée le 29 novembre 2020 a été interdite par le Sous-préfet de céans sans autre forme de procès. Dès lors, toute personne qui se retrouvera sur la voie publique ou à tout autre endroit pour donner suite à une telle activité aux contours lugubres, ou répondre aux sirènes dudit inexistant mouvement, s’exposera à la rigueur de la loi», peut-on lire dans le communiqué du Préfet Jean Marc Ekoa Mbarga.

A titre de rappel, en interdisant cette marche suscitée, le Sous-préfet de Maroua IIème a fait mention d’un défaut défaut de déclaration. Il a trouvé qu’il y a une menace de trouble à l’ordre public. Et il a évoqué «une démarche visant à porter atteinte à l’unité et à la paix sociale».

Liliane N.