Societe

Accident ferroviaire de Makak : Camrail sort enfin de son silence

Accident ferroviaire de Makak : Camrail sort enfin de son silence

Alors que les commentaires vont bon train et les accusations fusent de toute part suite à l’accident mortel qui a brusquement arraché à la vie deux jeunes dames à Makak, la société qui exploite le réseau ferroviaire du Cameroun explique les circonstances de ce drame dans un communiqué.

La quintessence du communiqué

« En date du 27 mars et en totale violation des règles élémentaires de sécurité, le conducteur d’un véhicule de marque Toyota châssis numéro 042109 s’est immobilisé de manière incompréhensible sur la voie ferrée au passage à niveau du PK 191+750 après avoir pourtant ralenti à l’approche du train H006 avant de s’engager brusquement.

Le conducteur de la locomotive qui klaxonnait avec insistance depuis la distance réglementaire a alors engagé le freinage d’urgence, mais n’a malheureusement pu éviter l’impact avec le véhicule dont les vitres étaient complètement fermées.

A la suite de cet acte qui a causé des pertes en vies humaines et des dégâts sur la voie ferrée une enquête a été ouverte par les autorités compétentes.

Le Directeur Général de Camrail rappelle aux usagers la nécessité de respecter scrupuleusement les règles de sécurité aux passages à niveau et les invite à davantage faire preuve de civisme… ».

Un comportement de chauffards

Voilà un accident qui vient remettre au devant de la scène, le comportement de ces jeunes gens qui font la ligne Yaoundé – Makak. Au-delà des mauvais propos dont certains semblent avoir adopté comme identité personnelle, tous ceux qui empruntent ces petites voitures sont unanimes sur le fait que les chauffeurs ne sont nullement respectueux du code de la route.

Témoignage des  personnes ayant vécu l’accident

« Ce passage à niveau a une visibilité de 100 mètres de part et d’autre de la voie. Ce chauffeur qui est indemne alors que les familles des trois victimes peinent à se remettre de ces pertes tragiques était conscient de faire courir les risques à ses clientes qui, malheureusement revenaient elles aussi des obsèques d’un proche ».

« On ne le dira jamais assez, il faut moraliser ces chauffards. Le jeune homme assassin, ne l’appelons pas autrement a bien trouvé des motocyclettes arrêtés qui attendaient que le train qui s’était déjà annoncé passe ;

Il a voulu faire les gros bras en passant en force, la locomotive l’a cogné alors que le devant de la voiture était passé. La visibilité est si bonne à cet endroit…de là, on voit presque la gare de Makak ».

Au niveau des virages qui par exemple jonchent ce tronçon, « il faut toujours retenir son cœur parce qu’ils ne prennent même pas la peine de klaxonner, ils ne tiennent pas compte du fait qu’une autre voiture peut venir en face, sans parler des motos ».

Nicole Ricci Minyem