Santé

Malachie Manaouda : « le président de la République a dit de préparer notre pays à une éventuelle introduction d'un vaccin ant-covid»

Malachie Manaouda : « le président de la République a dit de préparer notre pays à une éventuelle introduction d'un vaccin ant-covid»

Le ministre camerounais de la Santé publique, revient ici, sur l’éventualité d’une importante campagne de vaccination contre cette pandémie.

Au Cameroun, comme dans plusieurs pays africains, l’on évoque l’éventualité d’une campagne de vaccination dans la lutte contre le coronavirus. Plusieurs personnes ont d’ailleurs peur de se faire vacciner évoquant une machination mise sur pied par les occidentaux pour détruire le continent africain. Cette thèse est largement partagée sur les réseaux sociaux, notamment avec des campagnes qui vont dans ce sens-là.

C’est dans cette lancée que l’opinion camerounaise, s’interroge sur l’introduction ou pas du vaccin contre le coronavirus dans notre pays. Sur cette question, Manaouda Malachie, le ministre de la Santé publique a apporté des éclaircis chez nos confrères de la Crtv, le média du contribuable camerounais. Il a surtout clarifié la position du chef de l’Etat camerounais sur le sujet.

Les vaccins

«Sur la question du vaccin contre le covid, je voudrais dire que la position du président de la République est claire. Cette position nous a été transmise par le premier ministre chef du gouvernement. Celle de dire préparer notre pays à une éventuelle introduction de ce vaccin, mais comme la situation épidémiologique est encore très bonne, on ne va pas courir vers le vaccin. Mais on ne sait jamais », indique-t-il.

« Au cas où on aura recours à un éventuel vaccin, le président ne voudrait pas que ses compatriotes soient dépourvus de vaccins. Car nous sommes dans une situation ou les pays riches se sont accaparés de tous les vaccins. Aujourd’hui, n’eut été la facilité Covax qui donne la possibilité aux pays qui n’ont pas assez de moyens de prétendre à une couverture de leur population n vaccins… le principe n’est pas rendre ce vaccin obligatoire. L’administration de ce vaccin va se faire sur la base du volontariat» a-t-il conclu.