Santé

Le Cameroun face au Covid-19  : « il faut couper la circulation entre Douala, Yaoundé et Bafoussam »

Le Cameroun face au Covid-19  : « il faut couper la circulation entre Douala, Yaoundé et Bafoussam »

Selon Pr Eugène Sobngwi, médecin, le Cameroun pays de Paul et Chantal Biya n’a pas les moyens d’affronter la maladie si elle se repend sur une grande surface.

Qui connait le Pr Eugène Sobngwi ? C’est le médecin qui coordonne l’équipe qui prend en charge avec grand succès les deux premiers cas guéris du coronavirus au Cameroun. Notamment, à l’hôpital central de Yaoundé. Au Cameroun, la pandémie ne cesse de progresser à ce jour, notre pays compte déjà 223 personnes contaminées. Pour 6 décès et une dizaine de personnes guéries. Face à cette montée fulgurante le conseiller médical à l’hôpital central de Yaoundé et membre de l’académie des sciences, tire la sonnette d’alerte.

«Tout le monde doit le savoir. Nous ne pouvons pas assurer le coût d’une prise en charge massive. C’est impossible ! Sachons-le tous, la seule solution, c’est les mesures de prévention… Nous avons élaboré des procédures de suspicion et de protection du personnel médical de l’hôpital Central contre le coronavirus. Sur les instructions du directeur de l’hôpital, nous avons mis à jour notre bloc d’isolement pour accueillir et y loger les patients victimes du Covid-19 », explique celui-ci.

Circulation

Pour lui, il est urgent de couper la circulation sur l’ensemble du territoire national. «Si je mets uniquement ma casquette d’académicien, je conseillerai aux autorités de couper immédiatement les principaux foyers de la contamination que sont Douala, Yaoundé et Bafoussam. Il faut couper la circulation entre ces villes et le reste du pays, confiner le virus dans ces zones, et observer. On peut faire l’hypothèse que le nombre de victimes est au- dessus des cas déclarés.

« Mon avis personnel ce serait de dire qu’il faut couper les villes qui ont reçu le virus du reste du pays. Il faut stopper les voyages à partir de Douala, Yaoundé et Bafoussam vers le reste du pays», conclut l’homme.