Santé

Covid-19 : détectée au Nigeria, la nouvelle souche du virus préoccupe le Cameroun

Covid-19 : détectée au Nigeria, la nouvelle souche du virus préoccupe le Cameroun

La nouvelle variante, connue sous le nom de « 501.V2 », est plus contagieuse que les autres, selon l’OMS.

L’apparition d’une nouvelle souche du coronavirus préoccupe les autorités camerounaises. Cette nouvelle souche est détectée pour l’instant au Royaume-Uni, en France, au Canada. Mais aussi en Afrique du Sud et au Nigeria voisin.

« C’est une menace pour nous également parce qu’au regard de la porosité de nos frontières, avec le Nigeria notamment, si rien n’est fait rapidement de l’autre côté pour pouvoir circonscrire les dégâts, on pourrait avoir cette nouvelle souche du virus chez nous », affirme Manaouda Malachie. C’est le ministre camerounais de la Santé publique (Minsanté). Le membre du gouvernement s’exprimait lundi 28 décembre. C’était à l’ouverture d’une série de réunions relatives à l’évaluation de la riposte gouvernementale contre la Covid-19.

La nouvelle variante, connue sous le nom de « 501.V2 », est plus contagieuse que les autres, apprend-on. Pour l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la transmission de cette nouvelle souche du virus est «40 à 70 %» plus importante que celle connue jusqu’alors.

Même si elle s’avère se répandre plus facilement, « rien ne prouve jusqu’à présent qu’elle soit plus susceptible de provoquer une maladie grave ou la mort », indique le directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. La détection de cas de cette nouvelle souche de Covid-19 dans d’autres pays n’est donc pas à exclure, préviennent les épidémiologistes.

La sixième phase de la riposte dès le 5 janvier prochain

Au Cameroun, les autorités ne veulent prendre aucun risque inutile. Surtout dans ce contexte de relâchement des mesures barrières avec le défaut du port du masque, toujours obligatoire dans les lieux publics. Ainsi que le démantèlement des dispositifs de lavage des mains.

D’après Manaouda Malachie, la sixième phase opérationnelle de la riposte, qui commence le 5 janvier prochain, permettra entre autres de renforcer la recherche autour de l’évolution de la Covid-19. Le but étant toujours d’endiguer la propagation du virus et d’améliorer la prise en charge des patients.

A noter que le pays compte officiellement 26 277 cas confirmés, dont 24 892 personnes guéries et 446 décès à la date du 24 décembre.