Santé

Covid-19: coup d'envoi d'une gigantesque campagne de vaccination en Inde

Covid-19: coup d'envoi d'une gigantesque campagne de vaccination en Inde

Dans le cadre des campagnes de vaccination contre le Covid-19 lancées par certains pays depuis quelques temps, l’Inde a débuté ce samedi la sienne. 1,3 milliard d’habitants sont concernés par cette mesure censée être préventive.

Mais d’aucuns pointent du doigt des contraintes de sûreté, mais aussi des infrastructures peu fiables, sans oublier la méfiance des populations. Autant de facteurs qui risquent de rendre difficile l’exécution de ce défi majeur.

D’ici juillet, le pays prévoit d’immuniser 300 millions de personnes. Une campagne de grande ampleur qui commence alors que des retards de livraison menacent de ralentir les opérations en Europe, région la plus touchée par la pandémie.

En Inde, deuxième pays le plus peuplé au monde avec 1,3 milliard d’habitants, les 30 millions de personnels soignants et les plus exposés à la maladie seront les premiers à être vaccinés, suivis par environ 270 millions de personnes de plus de 50 ans ou présentant un état de grande vulnérabilité face au coronavirus.

Deuxième pays le plus touché

L’Inde est le deuxième pays le plus touché – après les États-Unis – par le Covid-19, avec plus de 10 millions de cas déclarés, même si le taux de mortalité y est l’un des plus faibles du monde.

Et dans un pays aussi vaste et pauvre, doté de réseaux routiers souvent de mauvaise qualité et de l’un des systèmes de santé les plus mal financés du monde, l’opération représente un défi colossal, notamment du fait que les deux vaccins exigent d’être conservés à très basse température.

Plus de 150 000 Indiens sont morts du Covid-19 et l’économie indienne est l’une des plus affectées au monde, avec des millions de personnes sans moyen de subsistance.

Mais le taux de contamination a fortement diminué ces derniers mois, bien que les experts craignent une troisième vague épidémique à la suite d’une série de festivals religieux attirant des foules.

L’arrivée du vaccin suscite un certain scepticisme alimenté par un flot de désinformation en ligne. Selon une récente enquête menée auprès de 18 000 personnes, 69 % d’entre elles disaient ne pas être pressées de se faire vacciner.