Santé

Couverture santé universelle : le tournant décisif

Couverture santé universelle : le tournant décisif

L’ avantage de ce système de santé est justifié par sa capacité à booster le développement durable et la lutte contre la pauvreté. Une option qui privilégie le maintien du capital humain en bonne santé.

«Parvenir à déployer des ambulances au quotidien pour secourir des personnes en situation de mal-être, organiser un accueil et une prise en charge rapide, efficiente, de haute technicité dans nos urgences, et réussir à mobiliser les spécialistes les plus pointus, aux fins d’interventions d’extrême délicatesse», ainsi se résumé, selon Manaouda Malachie, ministre de la Santé, le défi majeur que la mise en place de la couverture santé universelle dont l’objectif vise à combler les faiblesses et lacunes du système de santé actuel, appelle pour une réalisation efficace.

D’après le ministre, les résultats de l’étude de faisabilité du groupe technique de travail intersectoriel mis en place depuis 2015 pour la conduite de processus de la CSU au Cameroun indiquent que seulement 6,46% de la population camerounaise sont couvertes par un mécanisme de protection sociale en santé. «Les dépenses moyennes par habitant allouées à la santé, étaient de 3400 Fcfa en 2012. La plupart du budget de l’Etat consacré à la santé oscille depuis 2011 entre 5,5% et 7°/o, en deçà des 15°/o préconisés par l’Oms», ex-, plique-t-il.

L’avantage de ce système est la mise à disposition d’un paquet de service allant de la diffusion de la bonne information pour la protection de la santé des populations à des effectifs suffisants de personnels de santé motivés pour dispenser les services répondant aux besoins des patients, en passant par les dépistages précoces des problèmes de santé, la prise en charge adéquate des malades, l’accès aux médicaments etc.

‘ ‘Il importe pour cela de poursuivre l‘amélioration de nos plateaux techniques et la capacita-tion des personnels de santé, en vue d’obtenir un système de santé primaire robuste et résilient, de poursuivre l’investissement dans les programmes publics de protection de la santé», poursuit-il.

La CSU se présente comme un ensemble de mécanismes intégrant à la foi l’organisation du financement de la demande de soins et de protection sociale en santé, et la disponibilité des soins de santé de qualité à l’échelle nationale, sur la base des principes directeurs que sont l’universalité, la solidarité nationale, la responsabilité générale de l’Etat et l’affiliation obligatoire.

A l’effet d’accompagner l’Etat du Cameroun dans la mise en œuvre de la CSU, le ministre précise que «le souci d’efficacité et d’exemplarité, dans la mise en place de ce mécanisme, a conduit à organiser, depuis le 27 août dernier un écosystème comprenant des expertises diverses et qualifiées, regroupées autour de l’opérateur coréen société de santé universelle du Cameroun S. A (Sucam).

Toutefois, l’assiduité au travail par exemple permet d’être plus productif et de contribuer activement ment à la vie familiale et communautaire, et en même temps incite globalement à une croissance économique progressive et durable.

Par exemple, les pays tels que le Brésil, le Japon, la Thaïlande ou encore la Turquie, qui ont précédé le Cameroun sur cette voie, démontrent que ce dispositif sanitaire d’accès universel à des services de santé abordables et de qualité est susceptible de contribuer, de façon décisive, à l’éradication de l’extrême pauvreté d’ici 2030.