Politique

Valsero : « j'ai donné au chien le respect que j'avais pour Paul le « pillard » »

Valsero : « j'ai donné au chien le respect que j'avais pour Paul le « pillard » »

Rappeur camerounais et membre du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), il s’indigne aussi par ailleurs sur l’attitude les camerounais qui au quotidien vilipendent Maurice Kamto.

Depuis son départ pour l’Europe, l’artiste camerounais Valsero est très actif sur les réseaux sociaux, notamment sur sa page Facebook. Via des vidéos au quotidien, il donne un regard critique sur la gestion des affaires au Cameroun. Il critique aussi l’inaction des camerounais, la versatilité des hommes politiques de l’opposition.

C’est dans cette lancée que ce samedi 16 janvier 2021, il a fait un vibrant message sur sa page Facebook, où il interpelle ceux qui critiquent Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun. Il demande à ceux-là de  faire mieux que lui. « Ils veulent faire du Kamto sans Kamto. Ils aiment les effets du Kamto power mais ne veulent pas fumer du Kamto. Si c’est la personne Kamto qui vous gêne, faites mieux que lui et son image s’effacera d’elle même dans le cœur des camerounais », s’indigne Valsero.

Mrc

Il explique par ailleurs que pour  porter haut une cause, il faut ce qu’on appelle un porte-étendard et c’est le cas actuellement avec Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc).  Valsero souligne également qu’il y a de cela longtemps qu’il ne respecte plus le chef de l’Etat camerounais.

« Chaque lutte a un visage, une représentation. On ne devient pas ce visage en faisant du mannequinat. On le devient en luttant, en souffrant pour l’intérêt commun. Arrêtez de faire croire aux gens, que la jalousie, la frustration, l’envie sont des sentiments plus nobles que l’amour, l’admiration et la fascination. Le respect ce mérite. Il y’a longtemps que j’ai donné au chien le respect que j’avais pour Paul le pillard et vous savez quoi ? Ce chien est mort il y’a longtemps », conclut-il.