Politique

Sorties épistolaires : SM Sokoudjou sèvre ses fans

Sorties épistolaires : SM Sokoudjou sèvre ses fans

Le ‘’fo’o” des Bamendjou n’a plus fait de sorties tonitruantes depuis un mois.

C’était devenu un rendez-vous quasi-hebdomadaire. Tous les dimanches, de milliers de followers se ruaient vers la page Facebook officielle de SM Jean Rameau Sokoudjou pour s’abreuver de sa lecture des sujets majeurs de l’actualité ou bien pour se faire une idée sur ce que ce « sage” pense de la gouvernance au Cameroun et de ses dirigeants. Mais depuis un mois, cette page est restée muette. La dernière publication remonte en effet au 26 janvier dernier. Mais qu’est-ce qui peut justifier ce long silence ? Des proches du « fo’o” que nous avons contactés n’ont pas pu donner une réponse précise.

Pour certains, l’autorité traditionnelle a juste pris une pause afin de mieux s’atteler à l’organisation du « Chepan” (festival culturel du peuple Bamendjou) qui est imminent. Pour d’autres, ce silence pourrait être rapproché au recul nécessaire pour mieux méditer sur ses relations de plus en-plus tùmultueuses avec les autorités administratives. L’on a encore fraichement en mémoire, cette brouille avec le Préfet du Département des Hauts qui a cristallisé l’actualité fin-janvier dernier. Tout était partie d’une deuxième mise en garde de Yampen Ousmanou au monarque le 20 janvier. Mécontent des sorties médiatiques et

cybernétiques du « fo’o” qu’il qualifiait « d’antirépublicaine”, l’autorité administrative rappelait que «toute nouvelle sortie cybernétique ou médiatique intempestive de votre part, au mépris du respect de l’Etat de droit et des institutions de la République, vous exposera à la rigueur de la loi». Surtout que, soulignait-il, «cette attitude de rébellion intolérable est incompatible avec les fonctions d’auxiliaire d’administration». Le même jour, la sortie du doyen des chefs traditionnels du Cameroun (67 ans de règne) n’allait pas se faire attendre.

«Quand la lune sort, les aliénés pensent que c’est le jour qui se lève. C’est pourquoi certains se retrouvent toujours en train de marcher la nuit», écrivait-il sur sa page Facebook. La controverse née de ces désaccords et la tournure qu’elle prenait avait même suscité une descente du Ministre de l’Administration territoriale dans la Région de l’Ouest. Paul Atanga Nji réussi à calmer, à intimider ou à neutraliser SM Sokoudjou ? Beaucoup rejettent cette hypothèse. Ils perçoivent mal que le « fo’o » qui a résisté malgré toutes les humiliations à lui infligées par l’ancienne puissance coloniale pendant les luttes d’indépendance et les luttes nationalistes postindépendance, se trouve à fléchir aussi facilement.

Les sujets qui fâchent

La tentative de bâillonnement du sulfureux chef traditionnel faisait sans doute suite à son aisance à parler des sujets que le régime au pouvoir trouvait trop osé. Dans i’une de ses sorties, il invitait le Chef de l’Etat à se pencher sur la transition au sommet de l’Etat avant que Dieu ne le fasse à sa place.

«Quand le temps suffit ça a suffi, ça ne dépend de personne, mais’de Dieu seul qui a son agenda pour ce pays et il est en train de le dérouler. La violence n’apportera aucune solution et il ne faudrait pas qu’en cherchant à sauver la calebasse nous perdons la tine. Que ceux-là. qui ont torturé le peuple pendant des décennies et qui continuent même à profiter de la détresse du peuple face au Corona virus pour s’engraisser reviennent sur terre. Laissez de côté votre orgueil et votre arrogance, cédez la place au dialogue sincère et à la concertation pour sauver la face, demandez pardon au peuple pour qu’ensemble nous cicatrisons les nombreuses plaies que vous avez ouvert si non vous n’allez même pas comprendre le moment que ça doit glisser entre vos mains et ne chercher surtout pas le malchanceux que vous allez vous accrocher à son cou car ce sont les choses de Dieu », implorait-il.

Aussi dans une autre sortie, il dénonçait crûment la kleptomanie,, la corruption et autres maux qui ont fait florès avec l’avènement du régime du Renouveau au Cameroun.