Politique

Serge Espoir Matomba sur le cas de David Eboutou : « choqué et affecté de voir l'ensauvagement de notre espace public digital »

Serge Espoir Matomba sur le cas de David Eboutou : « choqué et affecté de voir l'ensauvagement de notre espace public digital »

Lire le texte soutien du premier secrétaire du Peuple uni pour la rénovation sociale du Cameroun (PURS).

À TOI MON BRO, DOCTEUR DAVID EBOUTOU COMME J’AIME À T’APPELER,

En me levant très tôt ce matin, j’ai été assailli par quelques proches qui nous sont communs. Ils m’ont inondé de captures d’écran de personnes bien connues sur la toile qui promettaient ainsi de te faire passer de vie à trépas.

Je refuse d’ailleurs de reprendre à mon compte ces captures d’écran d’une rare sauvagerie, ici. J’avoue que j’ai été terriblement choqué et affecté de voir à quel point l’ensauvagement de notre espace public digital s’agrandit au quotidien devant nous, sans que des mesures ne soient réellement prises pour interpeller leurs auteurs.

C’est d’ailleurs l’occasion pour moi d’interpeller l’ancien Premier Ministre désormais à la tête de la commission du Multiculturalisme qui a présidé récemment à Yaoundé un grand Colloque qui a réuni d’éminents experts sur les discours de haine et de violence sur les réseaux sociaux.

Je souhaite vivement qu’à l’issue de cette belle initiative, des mesures coercitives et répressives soient entreprises contre les auteurs de discours haineux sur internet.

MON CHER BRO,

Souviens toi de ce que je t’ai dit la dernière fois après que les mêmes pourfendeurs aient décidé de faire de moi, un délinquant financier qui serait interdit de voyager dans certains pays Européens.

Je t’ai confié que rien ne servait à se justifier face à des gens à l’injure facile ,qui ont arrêté comme stratégie le dénigrement, la calomnie et toutes sortes de mensonges dans l’unique but d’imposer ce qui tient lieu d’idéologie pour eux. J’ai bien lu tout ce tissu de mensonges qui faisait son nid  depuis quelques temps.

Toi qui n’a jamais été chômeur de ta vie, j’ai lu de parfaits inconnus soutenir sur Facebook que tu ne travailles nulle part.

Toi, marié et père de plusieurs enfants qui encadre tes petits frères étudiants à l’université qui vivent sous le même toit que toi, il m’est arrivé de rire aux éclats en lisant certains qui n’ont pas l’idée de tes responsabilités te prêter leurs fantasmes.

Je t’ai toujours dit que malgré cela, ne laisse à personne l’occasion de pénétrer ton intimité car ceux qui comme nous , avons l’occasion de te fréquenter savons qui tu es dans la réalité . Je sais que Facebook est juste un canal que tu utilises avec tes amis pour susciter le débat.  Car tu aimes comme tu l’as dit, la confrontation des idées.

Mon cher bro, par ce petit mot public, je voudrais te prier de ne pas changer. De continuer d’utiliser ta page comme un catalyseur du débat démocratique, un contrepoids du discours haineux et violent que certains veulent instaurer.

Heureusement, tu me l’as souvent dit,que tu n’as pas d’amis sur Facebook qui est un espace virtuel,d’hypocrisie, de cynisme et de règlement de comptes. Tes amis sont ceux qui te côtoient tous les jours ,qui connaissent ta charmante épouse ,tes enfants ,bref ceux-là mêmes qui ont une histoire avec toi.

Je suis toujours surpris de voir certains s’arroger du soutien qu’ils t’auraient apporté lors de cette injustice que tu as subie. Pour avoir partagé des posts sur Facebook, ils souhaitent que tu deviennes leur esclave !

Je t’ai presque supplié de ne jamais publier mon apport en terme des  montants financiers que j’ai dû mobiliser concernant les frais de procédure judiciaire extrêmement chers qui t’etaient exigés et c’est tout étonné que je me demande finalement à quel niveau se situait le soutien de ceux qui le clament aujourd’hui. Certainement,il s’agissait du soutien de la corde au pendu !

Cependant, afin de te prémunir face à ces avertissements et menaces de mort annoncées publiquement, il serait utile de rassembler toutes cas captures d’écran car comme tu le sais, les publications et commentaires sur Facebook tiennent lieu de preuves devant les tribunaux.

Le Cameroun est notre patrimoine commun. Ce ne sont ni les injures, ni la calomnie, encore moins le mensonge, la délation, les soupçons mal fondés qui nous aideront à le relever .

Il viendra un temps bientôt où ces adeptes de règlement de comptes disparaîtront seuls pour céder la  place à une nouvelle ère  de convivialité sans que la politique n’en vienne à nous diviser à cause des divergences idéologiques.