Politique

Réduction du train de vie de l'Etat : Paul Biya donne le ton

Réduction du train de vie de l'Etat : Paul Biya donne le ton

La renonciation aux vœux de nouvel an au corps diplomatique et aux corps constitués nationaux par le président de la République permet assurément des gains d’économie pour les finances publiques. Dans l’autre camp, on fait la moue à cause des pertes que cette décision va entrainer.

Pour les analystes politiques, la décision du chef de l’Etat de renoncer aux vœux de nouvel an est loin de constituer une surprise. Son discours de fin d’année à la nation était déjà porteur des prémices d’un ajustement budgétaire significatif pour l’exercice 2021, mais aussi des regrets quant à la résignation de ses compatriotes face à la pandémie à coronavirus.

En effet, le 31 décembre 2020, Paul Biya relevait déjà les effets néfastes du Covid-19, notamment la provocation de graves difficultés dans le fonctionnement de notre économie et davantage au sein de la société. Normal donc que le double communiqué du directeur du Cabinet civil de la présidence de la République justifie officiellement cette renonciation par « des mesures barrières adoptées par le gouvernement camerounais pour freiner la propagation du nouveau Coronavirus ».

Une nouvelle bien accueillie au sein de l’opinion qui y voit, une manière de tordre le cou à la gabegie financière qu’entraînaient ces mondanités. D’autant plus que ces dernières années, la réduction du train de vie de l’Etat revient dans tous les discours, sans malheureusement apercevoir des actions concrètes des pouvoirs publics. Le petit peuple pense donc que par-là, Paul Biya vient de porter l’estocade à la saignée des caisses de l’Etat.

Puisque dans cette mouvance, des économistes, à travers cette annulation des vœux qui devra certainement s’étendre dans toutes les administrations publiques, évaluent à 70 milliards de Fcfa, le gain d’économies que va enregistrer le trésor public. De l’argent, pense-t-on, qui pourrait être injecté dans les Pme, question de booster la production agropastorale nationale, donner du sang neuf dans les secteurs de l’éducation et de la santé…, en ce moment crucial où, l’économie est des plus chancelante.

A côté, une bonne frange de la population redoute les conséquences néfastes dans nombre de secteurs d’activités, qui découleraient de l’annulation des cérémonies de présentation des vœux dans les administrations publiques. Ici, on entrevoit plutôt des pertes économiques pour leurs affaires.

Dès lors que ce courant croit fermement que « ce sont ces cérémonies de présentation des vœux qui sonnent le début des activités économiques de la nouvelle année, il s’agit des solennités qui mettent en branle plusieurs promoteurs de Pme ».

Parmi les secteurs les plus touchés par cette annulation, se bousculent 1’hôtellerie et la restauration, l’esthétique et la coiffure, la décoration et même les transports. Des opérateurs auxquels il faut ajouter le secteur informel, principal producteur des biens de consommation dans notre pays.