Politique

Michèle Ndocki : « il revient à la population silencieuse de se lever pour obliger les parties en conflit à se parler pour le retour de la paix »

Michèle Ndocki : « il revient à la population silencieuse de se lever pour obliger les parties en conflit à se parler pour le retour de la paix »

La militante du Mouvement pour la renaissance du Cameroun a fait cette déclaration ce mercredi 28 octobre 2020, lors d’un point de presse au siège du Cpp à Bali c’est à Douala.

Lors d’un échange avec la presse ce mercredi 28 octobre 2020, à la faveur d’une conférence de presse organisée par le Cpp de Édith Kah Walla et d’autres formations politiques,  Michèle Ndocki est au premier plan. En effet, la conférence en question a pour fil conducteur : « Massacre de Kumba : Que doivent faire les Camerounais ? ». Dans son exposé, Michèle Ndocki affirme qu’il revient désormais au peuple de résoudre la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest Cameroun.

« « La fiancée » du peuple, Michèle Ndocki, pense que, maintenant que certains leaders politiques ont échoué dans la recherche de solution à la crise anglophone, il revient à la population silencieuse de se lever pour obliger les parties en conflit à se parler pour le retour de la paix », raconte le journaliste camerounais Nana Paul Sabin qui donne l’information.

Cameroun

Une constante pour la vice-présidente des femmes du Mrc. Le 13 mai 2020, elle indiquait qu’il ne faut surtout pas oublier «qui nous sommes et ce que nous voulons: le Changement ! Non pas le remplacement d’un élu par un autre, non pas de voir la victoire déclarée d’un compétiteur sur un autre».

«Nous voulons voir et sentir la transformation dans nos vies que les élus sont censés provoquer. L’économie doit être plus performante, le système éducatif doit être réformé pour produire des ressources humaines dont les compétences correspondent aux besoins du marché, le système de santé doit être à la hauteur des exigences de ceux qui produisent la richesse et tous doivent retrouver confiance en notre justice. Ça c’est le Cameroun que nous voulons, le Cameroun que nous méritons», avait-elle ajouté.