Politique

Michelle Ndoki : « l'homosexualité est naturelle, c'est une façon d'être »

Michelle Ndoki : « l'homosexualité est naturelle, c'est une façon d'être »

Selon l’avocate inscrite au barreau du Cameroun et de Paris, l’homosexualité un phénomène de la nature.

Deux femmes transgenres ont été condamnées le 11 mai dernier à cinq ans de prison et à des amendes de 200 000 francs CFA. Il s’agit respectivement de Njeuken Loic (connue sous le nom de « Shakiro ») et Mouthe Roland (connue sous le nom de « Patricia »).

Pour la militante politique camerounaise, Michelle Ndoki, Patricia et Shakiro n’auraient jamais dû faire l’objet d’une arrestation : « Nous le dirons encore, car il faut l’entendre : l’homosexualité est naturelle, c’est une façon d’ETRE. Elle n’a pas besoin de promotion, ni d’encouragement. C’est un phénomène de la nature, une partie de la création. On peut ne pas la comprendre, comme beaucoup de phénomènes marginaux (la quasi-totalité de la population n’est pas homosexuelle). On doit l’accepter, par respect pour la Création, par respect pour notre nature humaine. », écrit-elle ce vendredi 14 mai sur sa page Facebook.

L’identité sexuelle

Selon l’avocate inscrite au barreau du Cameroun et de Paris, l’on nait homosexuel : « Tentative d’homosexualité. Comment peut-on tenter d’être ? Peut-on tenter d’être aveugle, tenter d’être albinos, ou tenter d’être paralysé des jambes ? »

Pour finir, Michelle Ndoki dit tout son « admiration aux activistes qui sont prêts à tous les sacrifices pour se créer une place dans notre société ». Une société « encore dominée par la peur et le rejet de la différence basée sur l’identité sexuelle et de genre ».

Selon l’article 347 du code pénal camerounais, l’homosexualité est punie d’une peine de prison allant de 6 mois à 5 ans et / ou d’une amende de 200 000 CFA.