Politique

Messanga Nyamding affecté à Garoua

Messanga Nyamding affecté à Garoua

L’universitaire a été mis à la disposition de l’annexe de la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Ngaoundéré.

Un autre coup dur pour l’universitaire Pascal Charlemagne Messanga Nyamding. Après son retrait comme Chef du département de l’Intégration et de la Coopération pour le Développement à l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC), le politologue a été mis à la disposition de l’annexe de la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Ngaoundéré à Garoua immédiatement avec transfert de dossier. C’est la décision prise ce lundi 22 mars par Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur.

Pour le lanceur d’alerte Boris Bertolt, cette affectation est une « une stratégie pour le (Messanga Nyamding, Ndlr) couper de l’univers médiatique et adresser un message à tous les autres Rpecistes en ces temps de guerre des clans.» Aussi, « ne pouvant l’envoyer à Kondengui, suite à l’opposition y compris de la première dame, le clan NGOH NGOH a décidé d’en finir mentalement avec Messanga Nyamding. », ajoute l’ancien journaliste de Mutations.

Vendredi 19 mars 2021, Jacques Fame Ndongo, a signé un arrêté portant nomination d’un nouveau responsable à ce poste. La nouvelle recrue s’appelle Mandjem Yves Paul, Maitre de conférences. Il remplace le très célèbre professeur Pascal Charlemagne Messanga Nyamding.

« J’ai été brutalement limogé »

Joint au téléphone par nos confrères de la télévision panafricaine CTV Afrique, le politologue a donné son sentiment : « On ne peut pas être content quand on perd un poste mais je ne suis pas en colère. Toutefois il y a un rouleau compresseur qui déferle sur moi. J’ai été brutalement limogé. J’appelle ça un limogeage. Mais c’est normal dans l’administration d’être remplacé. Surtout que celui qui me remplace est compétent », a déclaré le membre titulaire du comité central du RDPC, le parti présidentiel.

Il faut rappeler que dans son arrêté, Jacques Fame Ndongo, ne donne pas les raisons du débarquement de Pascal Charlemagne Messanga Nyamding. Mais, l’on imagine que cette décision qui ressemble à une sanction, pourrait être la conséquence des propos jugés choquants et inappropriés prononcés par l’enseignant d’université lors de certains de ses cours à l’IRIC.