Politique

Manifestations du 22 septembre: la police quadrille la ville de Yaoundé

Manifestations du 22 septembre: la police quadrille la ville de Yaoundé

Les manifestations du 22 septembre prochain initiées par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) font réagir les autorités qui mêlent désormais l’acte à la parole. Celles-ci ont en effet déployé des mesures sécuritaires exceptionnelles notamment au niveau de Yaoundé.

A Yaoundé, capitale camerounaise, le gouvernement y a déployé un important dispositif mené par les forces de l’ordre, lesquelles ont pris position dans tous les secteurs clés de ladite ville.

Tous les grands carrefours et secteurs stratégiques sont quadrillés par les hommes en tenue. A la Poste Centrale, le centre-ville de la capitale camerounaise, plusieurs policiers y sont postés jour et nuit. L’impressionnant déploiement est complété par des blindés, exceptionnellement mis en service.

Dans d’autres quartiers de la ville, la situation est identique. A Mfandena, par exemple, au lieu-dit Mobile Omnisports, les forces de l’ordre ont dégagé le carrefour, d’habitude fortement occupé par le stationnement des motos et des ventes à la sauvette.

Des manifestations qui vont, malgré tout, se tenir ?

Tous les moyens sont ainsi bons pour les autorités camerounaises pour tenter de dissuader la tenue des manifestations annoncées le 22 septembre 2020 par Maurice Kamto, leader du MRC. Selon l’initiateur de ces rassemblements, ces derniers se veulent « pacifiques » et visent le départ du Président Paul Biya.

Rappelons que des manifestations ont d’ores et déjà été interdites par les autorités. Certains proches du Palais de l’unité ont condamné ces rassemblements.

Mais apparemment, rien n’y fait. Autorisation ou pas, les partisans de celui qui est arrivé deuxième à la dernière présidentielle vont bien tenir ces manifestations. Un bras de fer de plus entre pouvoir et opposition…