Politique

Le Dr Emat Bachir exige des excuses publiques de Charles Ndongo aux populations du grand Nord

Le Dr Emat Bachir exige des excuses publiques de Charles Ndongo aux populations du grand Nord

L’enseignant de l’université vient de faire une sortie, où il estime que le directeur général du tam-tam de Paul Biya (Crtv) doit présenter des excuses à toute la communauté du grand Nord Cameroun après l’éditorial d’Adèle Mballa Atangana.

Au Cameroun, après les résultats du  dernier concours de l’ENAM 2020, le grand Nord via le Mouvement 10 millions de Nordistes a contesté le nombre de places des candidats originaires de cet espace géographique du Cameroun. Après cette sortie des élites du Grand Nord, Adèle Mballa Atangana, a dans un éditorial signifié que cette réclamation des élites du Grand Nord était sans objet.

Une posture que ne partage pas le Dr Ali Emat Bachir. Celui-ci vient de faire une sortie où il demande à Charles Ndongo directeur général du média public de présenter des excuses aux populations du Grand Nord Cameroun. Il demande aussi par ailleurs, la suspension de la présentatrice du journal de 20 h 30 minutes.

Wassouni François

« Le Directeur de la Crtv doit demander des excuses publiques et suspendre Adèle Mballa du Journal Télévisé pour des propos impardonnables vis à vis des Camerounais du Grand-Nord.  Dans le cas contraire, les propos de cette dernière seront considérés comme un positionnement officiel de la Crtv par rapport au problème du quota de 30% non respectés au dernier concours de l’ENAM », explique dans une publication le  Dr Ali Emat Bachir.

C’est la deuxième sortie d’une élite du Grand Nord en quelques jours contre la Crtv. Ce mercredi 21 octobre 2020, Wassouni François, un enseignant de l’université de Maroua a dénoncé la journaliste de la Crtv. « Honte à la journaliste de la Crtv Adèle Mballa Atangana. Encore une qui insulte l’intelligence des nordiste.  Rien ne sera plus comme avant. Finalement, l’affaire du concours de l’ENAM prend des proportions des plus inattendues, malgré les réactions pertinentes des uns et des autres au-delà du seul cadre du Nord-Cameroun », avait-il écrit dans une tribune.