Politique

La classe politique divisée après la suspension des taxes sur les téléphones portables

La classe politique divisée après la suspension des taxes sur les téléphones portables

Alors que le MRC critique la sortie du chef de l’Etat camerounais, l’UDC parle d’une décision salutaire pour les consommateurs.

La décision du chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, de sursoir la collecte des taxes sur les téléphones est diversement appréciée par la classe politique. Comme on pouvait s’y attendre, les partis d’opposition avec  le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) en tête trouve à redire dans cette mesure.

MRC : « une gouvernance par navigation à vue »

« C’est l’expression du cafouillage qui caractérise le travail gouvernement. Nous assistons là à la manifestation d’une gouvernance par navigation à vue. C’est encore la preuve qu’il n’y a plus de commandant à bord. Au-delà de la fameuse délégation de signature, il s’agit quand même ici me semble-t-il d’un problème qui relève de la compétence du Premier ministre ou bien du parlement qui dit-on, avait voté cette loi des Finances. Le bateau Cameroun est en plein naufrage et il est urgent de lui venir en aide si l’on veut sauver ses occupants », a réagi Joseph Emmanuel Ateba, le secrétaire National à la communication du MRC.

UDC : « une réponse positive du chef de l’Etat »

A l’inverse du parti de Maurice Kamto, l’’union démocratique du Cameroun (UDC) applaudit décision du chef de l’Etat. Selon Koupit Adamou, député UDC du Noun, c’est une réponse positive au rejet qu’a connu cette mesure auprès de l’opinion.
Il ajoute : « Les hautes instructions du Chef de l’État relative à la prise de la taxe douanière par voie électronique chez les utilisateurs des téléphones et terminaux mobiles non dédouanés par leurs importateurs est une réponse positive au rejet qu’a connu cette mesure auprès de l’opinion publique. La mesure est donc suspendue pour qu’on réfléchisse mieux sur les mécanismes et mesures les plus appréciées pour réduire le manque à gagner consécutif à l’importation frauduleuse des téléphones par les commerçants. Notamment éviter un surcoût aux dépens du consommateur ».

RDPC, parti au pouvoir : »Le chef de l’Etat est à l’écoute du peuple »

Benoît Feudjieu, conseiller municipal RDPC de Yaoundé 7, s’inscrit dans la même logique. « La collecte de la taxe douanière sur le téléphone via crédit de communication a les insuffisances légales, et manque de l’adhésion d’un bon nombre de Camerounais faute aux acteurs de n’avoir pas suffisamment communiqué à ce sujet. Car tout commence avec la loi des Finances 2019 dans son article 7. Le chef de l’Etat qui est à l’écoute du peuple ne pouvait cependant laisser prospérer la décision, d’où cette suspension qui montre bel et bien que le bateau Cameroun a un capitaine», commente le militant.