Politique

Herve Emmanuel Nkom : « ma question de double nationalité a été réglée par décision gouvernementale »

Herve Emmanuel Nkom : « ma question de double nationalité a été réglée par décision gouvernementale »

Membre titulaire du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, l’homme politique a fait cette déclaration ce mercredi 7 octobre 2020.

Invité à ABK radio, une station privée émettant depuis Douala au Cameroun ce mercredi 7 octobre 2020, Hervé Emmanuel Nkom, membre titulaire du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), soutient qu’il n’a plus de problème de double nationalité au Cameroun. « La question de double nationalité a été réglée par décision gouvernementale. D’ailleurs ça n’a jamais existé mais si ça peut faire plaisir à certains», déclare ce dernier sur les antennes de la radio.

Il ne donne pas plus de précisions sur les contours de cette affaire. En effet, la candidature de Herve Emmanuel Nkom, avait été recalée en février 2020, pour le compte des élections législatives. Ceci, suite à une plainte du Social democratic front (Sdf) déposée devant le Conseil constitutionnel. Le parti de Fru Ndi, soutenait que Herve Emmanuel Nkom était détenteur d’un passeport français et par conséquent, celui-ci a une double nationalité.

Paul Biya

A l’époque des faits, le militant estimait que c’était une histoire cousue. « Il s’agit d’une machination orchestrée contre moi aussi bien de l’intérieur de mon propre parti que de l’extérieur. Je suis bel et bien camerounais. Pour preuve, mon dernier certificat de nationalité date du 15 novembre 2019, lequel a été inséré dans son dossier de candidature », avait-il déclaré.

Malgré cela, sa candidature avait été annulée. Il demande alors à Paul Biya de revoir la ligne du Rdpc.  « Dans notre parti, il y’a des gens qui multiplient des stratégies pour préparer l’après Biya. Et ceux qui font les calculs alimentaires et de positionnement, il faut les écarter. Le président doit trancher entre ces officines et l’intérêt général », conclut-il.