Politique

Foumban : le maire et le gouverneur s'étripent

Foumban : le maire et le gouverneur s'étripent

Un conflit ouvert entre le chef de l’exécutif communal et l’autorité administrative de la région de l’Ouest éclate au cours de l’installation du nouveau préfet du département du Noun.

Ce n’est plus un secret de polichinelle. Le département du Noun est paralysé par des conflits de leadership qui opposent l’élite traditionnelle, politique et autorité administrative depuis plusieurs semaines. Outre la bataille féroce qui met aux prises l’édile municipale, Patricia Tomaïno Ndam Njoya, et le sultan roi des Bamoun au sujet de la construction de la porte de tranchées de la ville de Foum-ban,’ ûn autre conflit distend le chef de l’exécutif communal au gouverneur de la région de l’Ouest.

A l’origine de la discorde, une question protocolaire et d’ordre de bien séance. C’est ce qui a du moins été constaté le 12 janvier dernier à l’occasion de l’installation du nouveau préfet du département du Noun. De fait, Patricia Tomaïno Ndam Njoya, maire de Foumban a interrompu le déroulement de la cérémonie qui se tenait à la place des fêtes après qu’elle se soit rendue à l’évidence de ce que son nom ne figurait pas parmi les personnalités appelées à s’exprimer pour la circonstance. Dans un état colérique coutumier, Tomaïno Ndam Njoya a rallé contre le gouverneur de la région du soleil couchant.

Le maire de Foumban dénonce une volonté manifeste d’Awa Fonka Augustine de l’exclure de la cérémonie ayant cours dans sa commune alors qu’il lui revient à elle, en qualité de chef d’exécutif communal d’adresser le mot de bienvenue aux différents hôtes rendus à Foumban pour cet évènement. C’est finalement au forceps que le maire de la localité prononcera son discours devant une foule médusée par la qualité de ce spectacle inhabituel. 24 heures après cet évènement, la colère de Patricia Ndam Njoya reste vive.

Dans une correspondance au ton comminatoire et injurieux, l’ancienne député règle ses comptes au gouverneur de la région de l’Ouest « comme je vous l’ai fait savoir, au moment où vous preniez congé, il me revient de révélef aux yeux de tous que, vous avez sans vergogne menti au micro, lorsque vous avez déclaré que le problème est parti du fait que je me suis mise à gesticuler pendant qu’on s’apprêtait à me donner la parole… », écrit Patricia Ndam Njoya, non sans indiquer que le discours d’installation du gouverneur avait fait fi du mot de bienvenue du maire qui figurait pourtant sur le programme.

«J’ai prononcé le mot de bienvenue qui me revenait, parce que je n ‘entendais pas vous concéder vos-égarements », assène le maire.

S’agissant de la porte d’entrée de la ville de Foumban, Tomaïno Ndam Njoya révèle que le sultan Mbouombouo Njoya n’a pas qualité d’entreprendre les travaux. Elle avise par ailleurs que « la démolition de tout ce qui est fait sans respect de la loi est imminente ». Un discours qui promet des lendemains bouillonnants dans cette commune actuellement divisée en deux camps.