Politique

Dénis Kwebo sur l'affaire Stéphanie Djomo : « Equinoxe-Crtv: théâtre du chocolat »

Dénis Kwebo sur l'affaire Stéphanie Djomo : « Equinoxe-Crtv: théâtre du chocolat »

Président du Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc), il affirme dans un tweet que la guerre ouverte entre le tam-tam de Paul Biya (Crtv) et Equinoxe Tv, un média privé émettant depuis Douala au Cameroun relève d’une mise en scène.

Depuis quelques jours maintenant, la Crtv, le média du contribuable camerounais mène une bataille ouverte avec Equinoxe télévision, un média privé qui émet depuis Douala au Cameroun. Au centre de la polémique : une affaire de Stéphanie Djomo. C’est le nom d’une femme qui a affirmé dans l’émission « Paroles de femmes » (diffusée sur Équinoxe), le 3 novembre 2020, qu’elle avait perdu ses jumeaux en fuyant la guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Quelques semaines après cette émission, Stéphanie Djomo affirme dans un reportage diffusé sur la Crtv, le média du contribuable camerounais qu’elle avait menti. Dans le même reportage sur le tam-tam de Paul Biya (Crtv), elle demande pardon au peuple camerounais. Après cette sortie sur le média public, Equinoxe Tv, a consacré toute une édition de son journal de 20 heures de ce vendredi 20 novembre  à cette affaire Stéphanie Djomo.

Dame Djomo

Que pensent alors les professionnels du journalisme dans cette guerre entre un média public et un média privée. Le premier à prendre la parole sur le sujet, est Dénis Kwebo, le président du Syndicat des journalistes du Cameroun (Snjc). Selon cet ancien rédacteur en chef du quotidien Le Jour, il s’agit tout simplement d’une mise en scène.

Dans un post sur a page Twitter ce samedi 21 novembre 2020, il pose une série de questions qui restent pour le moment sans réponse dans cette histoire où chaque média tire la « vérité » de son côté. « Equinoxe-Crtv: théâtre du chocolat. Donnez les noms et prénoms des jumeaux ou jumelles de Dame Djomo, le jour, l’année de leur naissance, ceux de leur décès, le nom du village où les enfants sont morts. Quelle distance parcourue par la pleureuse à pied? Dame Djomo fuyait seule? », s’interroge le syndicaliste.