Politique

Coopération: l'ambassadeur du Japon au Cameroun offre 167 livres à l'IRIC

Coopération: l'ambassadeur du Japon au Cameroun offre 167 livres à l'IRIC

Les livres offerts à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun par l’ambassadeur du Japon au Cameroun ont été placés dans la bibliothèque de cette grande école d’Etat.

La bibliothèque de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) s’est enrichie de 167 livres offerts à l’école par S.E Tsutomu Osawa l’ambassadeur du Japon au Cameroun. Le lot de livres a été réceptionné le 21 avril 2021 par M. Daniel Urbain Ndongo Directeur de l’IRIC. Ces ouvrages tous en anglais traitent du Japon dans ses dimensions historique, culturelle et économique.

En prenant la parole face à la presse, S.E Tsutomu Osawa a précisé qu’il s’agissait d’un don de la Nippon Foundation, une organisation philanthropique japonaise, qui a lancé, en 2008, un programme de dons de livres.

«Nous espérons que beaucoup d’étudiants de [cette école de diplomates] vont utiliser ces livres pour approfondir leurs connaissances sur le Japon et promouvoir la coopération entre les deux pays», a déclaré l’ambassadeur du Japon au Cameroun.

Dans le même ordre d’idées, Daniel Urbain Ndongo le Directeur de l’IRIC a déclaré «que les apprenants de l’école qu’il dirige auront la possibilité d’apprendre du modèle japonais de développement pour accompagner l’ambition des Etats africains à devenir des pays émergents. Une voie sur laquelle est aussi engagée le Cameroun».

Il a ajouté que le geste japonais témoigne de la qualité des relations que le Cameroun entretient avec ce pays ami et partenaire.

«Partenaire privilégié et grand ami du Cameroun, cette puissance asiatique s’intéresse, depuis les années 2000, au secteur social. Particulièrement dans le domaine de l’éducation, l’un des secteurs prioritaires de ses investissements en territoire camerounais. Ceci se manifeste, entre autres, par la construction des ‘’écoles primaires japonaises’’. L’empire nippon met également un accent sur la formation et l’encadrement des ressources humaines», rapporte Cameroon tribune le quotidien à capitaux publics.

Liliane N.