Politique

Amadou Vamoulké et ses 64 renvois consécutifs sans jugement

Amadou Vamoulké et ses 64 renvois consécutifs sans jugement

Dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Justice Laurent Esso, l’ancien directeur général de la Crtv dénonce son incarcération depuis 2016, sans aucun fondement et malgré lui, bat le record de 64 renvois consécutifs sans jugement. La propagation du Coranavirus dans sa cellule le met en danger de mort.

L’ancien directeur général de la Cameroon Radio Television (Crtv) Amadou Vamoulké est très remonté par le labyrinthe judiciaire dans lequel il est empêtré depuis bientôt 5 ans. Il l’a fait savoir dans une lettre ouverte adressée à celui qui visiblement est son bourreau, Laurent Esso, ministre de la justice. Le prétexte de cette sortie est la propagation du Coronavirus à la prison de Kondengui et singulièrement dans sa cellule, le local 131, qui héberge 8 personnes. « Un troisième locataire de la cellule que ‘je partage avec huit autres détenus vidnt d’être testé positif à la Covid 19 et amené à l’hôpital…

Le deuxième est revenu dans notre cellule en étant porteur de sévères séquelles, avec des douleurs étouffantes à la poitrine. Ce dernier nous a rapporté que le premier, qu’il a laissé à l’hôpital, lui a appris que ses poumons sont endommagés à 40%. Je sais que ce mal mortel m’attend au tournant et pourrait m’emporter » précise Vamoulké et pourtant, Laurent Esso déclarait il y a pas longtemps devant le premier ministre chef du gouvernement, que toutes les dispositions ont été prises pour contrôler la propagation de la pandémie dans les prisons camerounaises.

Dans sa lettre ouverte, Amadctu Vamoulké dénonce une parodie de justice et un « autoritarisme’ nuisible » de la part de Laurent Esso. « Je ne reviendrai pas non plus sur le fait que, malgré mon statut d’inculpé libre et mon état de santé qui selon les experts médicaux nécessiterait une extradition sanitaire, je demeure emprisonné illégalement depuis près de cinq années. Cette parodie de justice a été largement dénoncée dans notre pays du Cameroun, mais aussi officiellement par l’ONU et d’autres organisations internationales. »

Suite à cette dénonciation, le natif du département du Mayo Danay dans l’Extrême nord « s’attend à des représailles et se dit prêt à affronter le pire. « Je sais que cette interpellation publique peut me valoir, comme à certains autres ‘déjà, d’être transféré dans un lieu d’incarcération plus inhumain comme la prison du. SED (Secrétariat d’Etat à la Défense). Mais cela m’importe peu, puisque sans avoir jamais rien-détourné, j’ai déjà passé 1708 jours d’incarcération illégale à la prison de Kondengui. » Précise t il.

Bientôt cinq ans que l’ancien Dg de la Crtv est en détention provisoire. Au compteur, 64 renvois consécutifs dans un procès sans jugement ; Plusieurs pathologies dont une neuropathie sévère qui nécessite son évacuation saniL selon deux neurologues qui l’ont examiné. Vamoulké est accusé de détournement de plus de 3 milliards FCFA dans le cadre de la redevance audio visuelle à la Crtv qu’il a dirigée de 2005 à 2016.