Politique

Albert Dzongang : « Certains militants du Mrc sont des chasseurs de prime »

Albert Dzongang : « Certains militants du Mrc sont des chasseurs de prime »

Dans une sortie faite il y’a quelques heures, l’homme qui se présente comme « conseiller spécial de Kamto Maurice » s’est essayé dans une analyse en classant ses camarades en trois catégories de militants.

 

Au terme de son long diatribe, il a invité les uns et les autres à « Resserrer les rangs »

Le texte

« Dans le landerneau politique camerounais, il devient clair aujourd’hui que les anonymes qui cherchent à se faire connaitre, certains pour accéder à la « mangeoire », d’autres pour émerger de ce landerneau, doivent à tout prix s’accrocher à leur Moïse pour traverser l’obscurité. Ils rivalisent de stratégies mais majoritairement visent le même but : toucher le pouvoir et en tirer quelques subsides.

1- Les premiers sports

Sortis de nulle part, ces derniers commencent toujours par glorifier Maurice Kamto et bousculent tout sur leur chemin parfois même en dénigrant des proches collaborateurs du président élu, leur Moïse.

Ils font des twitts, des directs, publient à une vitesse vertigineuse des articles à la gloire du président élu, prennent même leurs cartes de parti et attendent de savoir s’ils ont atteint une audience substantielle.

Bien évidemment; beaucoup de militants du parti leurs tendent leurs oreilles. Quand ils pensent avoir été remarqués par le pouvoir usurpateur comme étant un membre du Mrc, ils abattent leurs atouts, font un revirement à 180°.

Cette fois c’est une démarche inverse, le Moïse d’hier devient un Satan qu’on a découvert et qu’on s’engage à combattre jusqu’à la mort.

On regrette tout ce qu’on a dit de mal contre le saint père Paul Biya et à genoux, on demande pardon et se dit prêt à servir ce beau et prospère pays que Kamto et sa meute veulent détruire. Le Mrc devient une secte ou un maquis, refuge de talibans.

2- Les seconds

Ici, Ayant discuté au préalable avec une ponte du régime pour s’assurer des mérites que pourrait leur garantir un retournement, ils rentrent dans Maurice Kamto et le Mrc têtes baissées. Ils rivalisent d’injures avec eux-mêmes, calomnient et ressuscitent quelques mensonges sur leur cible et sa troupe.

Après chaque salve, ils tendent l’oreille pour savoir si le commanditaire est satisfait. Que non, ils doivent trouver autre chose car ce qu’ils croient avoir trouvé sur Kamto a déjà été dit par d’autres chasseurs de primes avant eux.

Ce qui est intéressant c’est le cynisme des usurpateurs; ils poussent ces mendiants au ridicule, les exposent à la risée populaire et les abandonnent nus dans la rue. Leurs téléphones ne répondent plus, les concierges ne laissent plus passer les amis d’hier pourtant ils devaient savoir par expérience que Kamto, marchandise prisée par le pouvoir n’est pas une proie facile à attraper.

Qui s’y frotte s’y pique. A propos, il me plaît de dire aux « nouveaux disciples » de n’entrer dans le bateau du Mrc que s’ils sont patriotes et prêts pour le sacrifice. Il vaut mieux pour les aventuriers de chercher une autre bouée.

Tous ceux qui jusqu’ici ont tenté cette aventure se sont retrouvés ridicules et sont honteux dans leurs trous. Maurice KAMTO conduira le Cameroun vers la terre promise pendant que les patriotes se laveront dans le Jourdain : le Mrc.

3- Les troisièmes

Ceux-ci se contredisent; ils déclarent être disciples de Maurice Kamto mais vilipendent le Mrc qu’ils accusent de secte. Comment peut-on adorer Satan et haïr l’enfer ?

Le pouvoir s’aperçoit déjà que Kamto est un roc et le marteau pour le casser n’est pas à la portée de ces voleurs moins encore de leurs affidés. Ce qui est formidable, c’est que les voyageurs qui montent dans le train de la renaissance sont de plus en plus nombreux par rapport à la poignée infime qui en descend. Ce sont les rangs du parti usurpateur qui se vident au profit du MRC et non le contraire. Le vent a changé de sens et l’heure va bientôt être l’heure.

Ils peuvent payer à prix d'or dès crève-la-faim pour écumer les plateaux télé et de radios, pour s’attaquer à l’homme qui n’attaque que les problèmes du Cameroun mais je puis garantir aux Camerounais qu’un jour tous ces gens diront comme quelqu’un ou à peu prés pareillement que « lorsque j’arrive à Paris mes mentors me conseillent une seule personne : Maurice Kamto ». Je veux dire qu’ils finiront tous par témoigner de toute la grandeur de cet homme d’Etat ».

N.R.M