Politique

Accords coloniaux : un spécialiste donne raison à Christophe Guilhou

Accords coloniaux : un spécialiste donne raison à Christophe Guilhou

Dr REené Bidias, internationaliste

Spécialiste de l’histoire des relations internationales et enseignant à l’institut des Relations Internationales du Cameroun, il jette un pavé dans la marre du débat sur les accords coloniaux secrets qui existeraient entré la France et le Cameroun.

Réagissant à un article paru chez nos confrères de Mutations, l’ambassadeur de France au Cameroun a affirmé qu’il n’existe pas de pacte colonial secret entre le Cameroun et la France. I! a ajouté que les accords en vigueur entre les deux pays sont publics et accessibles en ligne. En tant qu’expert de l’histoire des Relations internationales, quelle appréciation faite vous de cette sortie?

Je pense que c’est une mise au point qui arrive à point nommé. Depuis un certain temps, ça va dans tous les sens dans les réseaux sociaux. Je ne sais réellement pas où les gens sont allés chercher cette histoire d’accords secrets ou d’accords coloniaux entre la France et le Cameroun.

A ma connaissance, il n’existe pas d’accords secrets ou d’accords coloniaux entre la France et le Cameroun. Les premiers accords entre la France et le Cameroun ont été signés en décembre 1959, c’était des accords transitoires entre le Premier ministre Ahmadou Ahidjo et le gouvernement français. Ces accords ont été formalisés le 13 novembre 1960. Ce sont en effet des accords de coopération entre la France et le Cameroun, qui couvrent plusieurs domaines : l’économie, la diplomatie, la politique, la culture, la défense.

Les accords du 13 novembre 1960 vont également être révisés le 21 février 1974. Cette révision de 1974 a bien évidemment porté sur tous les accords, sauf l’accord de défense, qui sera quant à lui révisé en 2009, à l’occasion de la visite au Cameroun du Premier ministre français François Fillon. Je vous avoue que je ne comprends pas quels sont les enjeux véritables de ce débat qui pour moi est complètement infondé. Personne ne peut nous dire où sont ces accords.

D’ailleurs comment les gens connaissent ils les accords qui seraient secrets. L’ambassadeur de France est dans son rôle, il a tout à fait raison que les accords qui existent entre la France et le Cameroun sont connus.

Ils ont d’ailleurs fait évoluer la relation entre les deux pays.

Que stipulait de façon générale les accords que vous avez évoqués ?

Les accords du 13 novembre 1960 régissent la coopération entre la France et le Cameroun sur les plans économique, diplomatique, politique, et la défense; Ceux que je maitrise concernent la diplomatie. Il est stipulé dans ces accords que la France représente le Cameroun là où le Cameroun n’a pas d’ambassadeur, puisque jeune État indépendant, le Cameroun n’avait pas les moyens d’ouvrir les ambassades partout. Il fallait déployer toute une logistique pour couvrir tous ces pays.

Ces accords stipulaient aussi que l’ambassadeur de France au Cameroun est le doyen du corps diplomatique, et qu’avant que le Cameroun prennent une position sur la scène internationale sur quelque position que ce soit, il faut qu’il y ait concertation entre la France et le Cameroun.

Qu’en est-il des accords culturels portant sur le franc CFA, les bourses, les questions de formation?

Les accords économiques portent sur les facilités que les entreprises françaises doivent avoir au Cameroun. Ces accords vont être révisés le 21 février 1974. Les éléments que j’ai évoqués plus haut en ce qui concerne la diplomatie vont complètement disparaitre. C’est à dire que la France ne représente plus le Cameroun, là où le Cameroun n’a pas d’ambassadeur, puisque entre temps, le Cameroun a crée l’institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) en 1971, qui a commencé à former les diplomates qui pouvaient le représenter.

L’ambassadeur de France n’est plus le doyen d’âge du corps diplomatique. Mais les autres accords sont restés intactes, notamment les accords de défense. Il faut dire aussi que la révision de 1974 n’est pas spécifique pour le Cameroun. C’est un mouvement global de révision des accords de coopération entre la France et ses anciennes colonies. C’est-à-dire que le Gabon, le Tchad etc révisent également leurs accords au cours des années 70. Mais l’accord de défense est resté. Il stipulait qu’en cas d’agression extérieure du Cameroun, la France intervient militairement.

Ce n’est qu’en 2009 que cet accord de défense va être révisé, on passe donc de l’assistance militaire au partenariat de défense. C’est cela de manière générale, les grandes évolutions qu’ont connues les accords de 1959. Il faut noter que les accords sont trop vastes, parfois c’est plus de 600 pages qui englobent plusieurs choses à la fois. Pour conclure donc, le débat sur les accords secrets me semble bidon. Peut être qu’il y a des enjeux inavoués derrière et là il faudrait chercher à voir qui a intérêt que ce genre de débats se tiennent dans notre pays en ce moment précis.