International

Sanctions contre le Mali: Assimi Goïta cède sous la pression de la Cédéao

Sanctions contre le Mali: Assimi Goïta cède sous la pression de la Cédéao

L’ex-chef de la Junte, le colonel Assimi Goita n’aura pas de prorogative que dans le domaine de la sécurité et de la défense. Selon la version dite définitive de la charte de transition publiée au journal officiel, le vice-président ne pourrait pas substituer au président en cas d’empêchement définitif.

Alors que la première version officieuse faisait état de la possibilité pour le vice-président de remplacer le président empêché, la dernière version de la charte de transition rendue publique n’en fait pas cas. A en croire le document en son article 7, « Le vice-président est chargé des questions de défense et de sécurité », dit son article 7, sans mention d’une prérogative de remplacement du président.

Ainsi, le Mali répond à une exigence capitale de la Cédéao qui veut s’assurer que la junte n’est pas une emprise sur la transition qui va durer 18 mois. Même s’il s’agit d’une avancée majeure, les chefs d’Etat ouest-africains réclament également la libération des personnalités toujours détenues à l’issue du coup d’Etat du 18 août et la dissolution du CNSP, organe mis en place par les militaires.

Le colonel-major à la retraite Bah Ndaw a été investi président de la transition et Assimi Goita son vice-président. La primature est confiée à l’ancien chef de la diplomatie, Moctar Ouane.