International

L'Erythrée accuse Human Rights Watch s'engager dans une «campagne de diffamation»

L'Erythrée accuse Human Rights Watch s'engager dans une «campagne de diffamation»

Le gouvernement érythréen a accusé Human Rights Watch (HRW) de s’engager dans une «campagne de diffamation» à propos du conflit au Tigray, rapporte BBC.

Le ministre de l’Information Yemane Gebremeskel a tweeté que HRW était « de mèche avec le régime défunt du Front populaire de libération du Tigray (TPLF) ». Le ministre a accusé l’organisme d’avoir donné de fausses informations au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« La campagne de diffamation enragée contre l’Érythrée est à nouveau en hausse. Les pourvoyeurs de désinformation incessante / recyclée sont les coupables habituels: au premier plan se trouve Human Rights Watch, (et ses semblables), qui a été pris les pantalons baissés dans son programme malveillant de «  changement de régime  », a indiqué le ministre érythréen. « Depuis, HRW a travaillé de concert avec l’ancien régime TPLF pour soumettre des rapports fallacieux à l’UNHRC et dans d’autres forums ».

Le mois dernier, le gouvernement érythréen a porté une accusation similaire contre le HCR, l’accusant de s’engager dans une «campagne de dénigrement gratuite et irresponsable». Malgré les démentis des deux pays, plusieurs rapports indiquent que les forces érythréennes se sont battues aux côtés des troupes fédérales éthiopiennes contre des combattants fidèles au Front populaire de libération du Tigré (TPLF), le parti qui gouvernait la région du nord du Tigré.