International

De nouvelles représentations diplomatiques ouvrent au Sahara occidental

De nouvelles représentations diplomatiques ouvrent au Sahara occidental

Malgré son statut toujours indéfini, le Sahara occidental continue d’abriter des représentations diplomatiques. Vendredi, le Burkina Faso, la Guinée Équatoriale et de Guinée-Bissau ont ouvert leurs représentations diplomatiques dans sur le territoire.

Le ministère marocain des Affaires étrangères a annoncé l’ouverture par le Burkina Faso et le royaume africain d’Eswatini, des consulats généraux à Laayoune, au Sahara occidental, dans la partie contrôlée par Rabat de cette ancienne colonie espagnole au statut toujours indéfini.

Vendredi, la ville de Dakhla, grand port de pêche situé plus au sud, avait déjà accueilli des consulats du Burkina Faso, de Guinée Équatoriale et de Guinée-Bissau. Le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, a également informé mardi soir le roi Mohammed VI de la décision de son pays d’ouvrir un consulat général à Laayoune, a annoncé le Palais dans un communiqué dans mentionné la date.

Depuis fin 2019, une quinzaine de pays africains ont ouvert des représentations diplomatiques à Laayoune et à Dakhla, sous l’impulsion de Rabat qui considère le Sahara occidental comme partie intégrante de son territoire. Il s’agit tout de même des victoires politique et diplomatiques pour Rabat qui continue de réclamer sa souveraineté sur ce territoire autonome.

Le Maroc, qui contrôle environ les deux-tiers du territoire désertique, veut une « autonomie sous contrôle », alors que le Front Polisario, soutenu par Alger, milite pour l’indépendance et réclame un référendum d’autodétermination.