International

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo déterminé à divorcer de son épouse Simone Gbagbo

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo déterminé à divorcer de son épouse Simone Gbagbo

L’ancien président ivoirien vient de saisir le juge des affaires matrimoniales pour cette fin. En effet, Laurent Gbagbo évoque comme raison dans un communiqué rendu public par son conseil, le refus réitéré depuis des années de Dame Simone de consentir à une séparation amiable.   

 

« Monsieur Laurent Gbagbo annonce qu’en raison du refus réitéré depuis des années de Dame Simone Ehivet de consentir à une séparation amiable, au demeurant voie de règlement appropriée à leurs statuts personnel et politique réciproques, il s’est résolu à saisir ce jour, le juge des affaires matrimoniales du tribunal de Première Instance d’Abidjan, d’une demande de divorce. Cette demande ne sera suivie d’aucun commentaire », informe le communiqué publié par le Conseil Maître Claude Mentenon, Avocat à la cour.

Cette demande de divorce intervient quelques jours seulement après le retour de Laurent Gbagbo dans son pays. En effet, c’est le 17 juin dernier que l’ancien Chef de l’Etat ivoirien est retourné au bercail après 10 ans d’absence et deux mois après avoir été définitivement acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l’humanité. Il a d’ailleurs été accueilli et fêté en héros par les ivoiriens, mais surtout par ses partisans.

Les prémices d’une relation qui ne serait plus au beau fixe entre les deux personnages se faisaient déjà ressentir depuis des années. En février 2019, sous l’auvent de sa résidence de la Rivera, à Abidjan, Simone Gbagbo s’était présentée devant les membres du secrétariat exécutif du Front populaire ivoirien (FPI) dans des habits de femme blessée. En effet, depuis quelques jours, un article d’un site ivoirien alimentait la rumeur selon laquelle, son mari, l’ancien président Laurent Gbagbo, fraîchement libéré par la Cour pénale internationale, lui aurait officiellement notifié son désir de divorcer. L’ex-première dame avait alors tout de suite, imposé à son cabinet de démentir l’information et avait demandé à la communication du parti du FPI de relayer sa réponse. Elle dénonçait être passablement enervé par ce qu’elle considérait comme attaques, dont elle estimait être la cible.

Innocent D H