International

Attaque transfrontalière : le Tchad accuse les soldats centrafricains d'avoir perpétré des agressions meurtrières contre ses soldats

Attaque transfrontalière : le Tchad accuse les soldats centrafricains d'avoir perpétré des agressions meurtrières contre ses soldats

C’est dans un communiqué, signé et publié ce Lundi par l’ambassadeur Cherif Mahamat Zene – ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Tchadiens à l’étranger que l’information a té rendue public ;

Le diplomate a saisi cette occasion pour prendre à témoin, « Le communauté internationale, notamment la Minusca, l’Union Africaine et la CEEAC de  cette agression » dont son pays est la cible

Les faits tels que décrits dans le document :

« Les forces armées centrafricaines (Faca) ont attaqué ce dimanche 30 Mai 2021, à 5 heures du matin, le poste avancé de Sourou en territoire tchadien, non loin de la localité de Mbéré, et à proximité de la frontière centrafricaine.

Ce poste est tenu par douze (12) éléments détachés de forces de défense et de sécurité tchadienne. Les assaillants lourdement armés ont tué un (1) soldat tchadien, en ont blessé 5 et cinq (5) autres ont été enlevés pour ensuite être exécutés à Mbang, du côté centrafricain.

Le Directeur général de la gendarmerie centrafricaine a saisi l’Ambassade du Tchad à Bangui pour que les autorités tchadiennes récupèrent auprès du chef de village de Mbang, les dépouilles de cinq (5) soldats tchadiens faits prisonniers et exécutés par l’armée centrafricaine… ».

Des représailles en vue

Dans sa correspondance, le ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Tchadiens à l’étranger promet que cet acte ne saurait rester sans conséquence, étant donné que les responsabilités sont établies : « Ce crime de guerre d’une gravité extrême et cette attaque meurtrière, préméditée, planifiée et opérée à l’intérieur du Tchad, dont seul le gouvernement centrafricain en connait les raisons, ne saurait rester impunis.

Le Tchad tient le gouvernement centrafricain entièrement responsable des conséquences de cette agression caractérisée que rien ne justifie, au moment où les deux pays cherchent à mutualiser leurs efforts pour relever les défis sécuritaires communs et à renforcer la coopération bilatérale comme l’atteste la tenue à N’Djamena, au mois de décembre 2019, de la dernière Commission mixte Tchad – Rca… ».

 

Une curieuse attaque

Et, qui de l’avis de certains critiques, a des relents de la « recherche de positionnement sur les deux pays des puissances étrangères : la France et la Russie » ;

D’aucuns n’hésitent pas à accuser ouvertement le pays d’Emmanuel Macron d’ « Être à l’œuvre », en se basant entre autres sur la dernière déclaration faite par le président français, lorsqu’il affirme que « La République Centrafricaine est prise en otage par la Russie… ».

 

Nicole Ricci Minyem