International

« Nous sommes sûr de gagner », les autorités du Tigré ne s'avouent pas vaincues malgré la perte de Mekele

« Nous sommes sûr de gagner », les autorités du Tigré ne s'avouent pas vaincues malgré la perte de Mekele

En Éthiopie, l’armée fédérale a annoncé avoir pris le contrôle de Mekele, la capitale du Tigré. Depuis, la situation semble calme dans le fief du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) après plus de trois semaines de combats contre l’État central, renseigne RFI. Les forces d’Addis-Abeba recherchent toujours les leaders du mouvement tigréen qui, de leur côté, affirment que la guerre n’est pas terminée.

Le TPLF n’a pas l’intention de déposer les armes. Debretsion Gebremichael, le chef du parti, a déclaré être toujours au Tigré, dans une zone proche de Mekele. Le président de la région a promis qu’il continuerait à combattre « les envahisseurs » qu’il accuse de mener une « campagne génocidaire ». Le leader du TPLF est donc toujours aussi déterminé, menaçant d’utiliser, quand il le souhaitera, des missiles que ses troupes auraient à disposition. « Nous sommes sûr de gagner », a-t-il promis.

Dans le même temps, les médias tigréens ont affirmé que le TPLF avait repris une localité, et abattu un avion de chasse de l’armée fédérale. Des images du pilote, qui s’était éjecté avant le crash, ont été diffusées. Des informations impossibles à vérifier, car le Tigré est toujours coupé du monde. Quant à un dialogue avec Addis-Abeba, Debretsion Gebremichael estime que cela dépendra du contenu des discussions, mais que les troupes fédérales devraient d’abord quitter le Tigré.